Bazar de la Littérature

Divergent, Tome 1 de Veronica ROTH

5 Commentaires

divergent 1 veronica roth nathan blast
Divergent,
Tome 1

de Veronica ROTH
Nathan (Blast), 
2011, p. 440

Première Publication : 2011

Pour l’acheter : Divergente, Tome 1

Veronica Roth, née le 19 août 1988 à Chicago dans l’Illinois, est une auteure américaine, diplômée de l’Université Northwestern, en écriture créative. Elle est principalement connue pour sa trilogie Divergent(e) (appelée Divergence, au Québec). Son premier livre, Divergent, tout comme son deuxième, Divergente (Insurgent en anglais) ont été sélectionnés par le New York Times dans sa liste des best-sellers. Elle est également récipiendaire des Goodreads 2011 Choice Awards. Les droits filmiques de Divergent ont été vendus en avril 2012 et le film est sorti le 21 mars 2014 en Amérique du Nord. L’actrice Shailene Woodley incarne Beatrice Prior, le personnage principal. Devant le bon démarrage de Divergent, la suite, Insurgent, a été confirmé pour 2015.

 Tome 2 

  

Béatrice vient d’avoir 16 ans. C’est le grand jour, elle va devoir choisir la faction dans laquelle elle va vivre le reste de sa vie. La décision est irrévocable et n’est pas sans conséquence pour son avenir… Doit-elle suivre le chemin de ses parents chez les Altruistes ? Tester son intelligence chez les Erudits ? Ou suivre son côté casse-cou avec les Audacieux ? A moins qu’elle se sente mieux avec les Sincères ou les Fraternels ? Mais contrairement aux autres, ses tests d’aptitude ne sont pas concluants, Béatrice n’appartient à aucune des cinq factions et un peu à toutes à la fois, c’est une Divergente.
Elle doit cacher sa nature à tout le monde car le dire pourrait être dangereux pour elle et son entourage alors elle finit par intégrer les Audacieux, se coupant ainsi de sa famille et des autres Altruistes avec lesquels elle a grandi. C’est le début de nouveaux tests pour lesquels elle doit donner son maximum afin d’être bien classée, n’hésitant pas à battre ses concurrents à la loyale… ou non !

La rentrée ayant pointé le bout de son nez (et donc la fin de mon mémoire), j’ai à nouveau l’occasion de participer aux partenariats proposés par les maisons d’édition. Et comment mieux commencer l’année (« scolaire ») qu’avec un titre qui fait déjà grand bruit alors qu’il ne sort en France qu’aujourd’hui (le 6 octobre) ? Avant toute chose, je tiens à remercier Livraddict et les éditions Nathan pour cette lecture en avant-première.
Beaucoup (peut-être même trop ?) ont reçu Divergent en partenariat et ont fait de cette lecture un coup de cœur ; je n’irai pas jusque là. Si j’ai passé un bon moment en compagnie de Tris, l’héroïne, je n’ai pas non plus totalement adhéré à ses aventures. Une bonne découverte qui surfe sur le succès actuel de la dystopie, mais pas le titre le plus original du genre.

Depuis quelques mois, les titres du genre se multiplient dans les librairies. Après la mode des vampires voilà celle de la dystopie, ce qui n’est pas pour me déplaire. Ces titres – souvent destinés aux adolescents et jeunes adultes – amènent des réflexions sur un futur hypothétique où l’humain doit se fondre dans la masse et ne pas se faire remarquer ou se rebeller contre le gouvernement et survivre en dehors de l’ordre établi. Sans grande originalité ici, Veronica Roth nous offre une héroïne évidemment rebelle, état présent dans sa nature-même (puisqu’elle est divergente).
Avant de m’attarder plus longuement sur Béatrice – ou Tris – dans le paragraphe suivant, revenons-en au monde mis en place par l’auteure. Intéressante cette idée de factions, mais est-ce bien réaliste ? Sommes-nous si manichéens ? N’est-on pas tous Divergents, tous un peu de chaque groupe ? Pour le reste, ce premier tome offre quelques informations, notamment sur les Altruistes, les Audacieux et les Erudits, mais bien peu sur les Sincères et les Fraternels. J’espère que Veronica Roth poussera sa réflexion et son univers un peu plus loin dans le tome suivant, car il y a matière.

veronicarothBéatrice est donc l’héroïne de Divergent. Adolescente chétive, elle révèle son courage et sa détermination au fil des pages. J’ai apprécié sa personnalité, ni trop lisse et trop « comme il faut », sans non plus être la rebelle extravertie et bruyante. Sa façon d’être et d’agir m’a plu et qui plus est, l’auteure l’a fait évoluer de façon vraisemblable.
C’est plutôt du côté des personnages secondaires que j’émets un petit bémol car, excepté Quatre – un des « chefs » des Audacieux qui a su rapidement me convaincre par son côté mystérieux et à la fois réfléchi (même s’il est finalement sans grandes surprises), j’ai trouvé les autres figures beaucoup trop peu traitées, trop survolées. Les méchants sont donc des méchants pas très évolués et les « ami(e)s » de l’héroïne, malgré leur présence de chaque instant, m’ont si peu marquée que j’ai déjà oublié leur prénom ! La fin de ce tome annonce un nouveau départ pour Tris, avec un nouvel entourage ; j’espère que celui-ci sera plus développé.

Qui dit premier tome dit installation et présentation des bases de l’univers et des personnages qui y évoluent. L’intrigue est donc construite en fonction, ne vous attendez pas à de l’action et à des rebondissements tout au long des 440 pages, il faut attendre le dernier quart du texte pour que cela bouge un peu. Cela dit, découvrir le mode de vie des Audacieuxen même temps que l’héroïne et suivre les tests quotidiens qu’elle doit subir n’est pas ennuyeux, juste un peu répétitif parfois.

J’en viens au dernier point de ce billet : la forme. Une nouvelle fois, je ne peux me baser que sur la traduction française, n’ayant pas lu la version originale, mais je pense que c’est un bon point de départ.
Le point de vue est exclusivement interne ce qui permet de s’attacher rapidement à l’héroïne et de tout « voir » par ses yeux. Le choix est intelligent et saura toucher la plupart des lecteurs, d’autant plus que Béatrice est un personnage auquel on peut facilement s’identifier et donc s’attacher. En revanche, et comme à chaque fois qu’on se trouve en présence du « Je », on ne sait pas ce qu’il se passe en dehors du champ de vision de la demoiselle, plein de questions restent donc en suspend. Cela dit, je maintiens que le point de vue interne est généralement le meilleur dans ce genre d’histoires puisque le lecteur découvre le monde en même temps que le héros ouvre les yeux sur l’univers qu’il pensait bien connaître (mais non, le gouvernement est toujours impliqué dans des choses pas très jolies…).
Pour le reste, j’ai trouvé la lecture agréable et fluide, avec un bon équilibre entre les dialogues et les descriptions. Je regrette cependant que celles-ci n’aient pas été plus poussées car j’ai parfois eu du mal à me représenter les lieux et les personnages de certains scènes.

Je ne suis donc pas entièrement convaincue par ce premier tome qui a quelques faiblesses, mais tout de même assez pour avoir envie de lire la suite quand elle sortira. Alors, à nouveau merci à Livraddict et à Nathan pour cette découverte !

 

Publicités

5 réflexions sur “Divergent, Tome 1 de Veronica ROTH

  1. Je l’ai réservé à la médiathèque après avoir vu le film et bien aimé !

    J'aime

  2. Pingback: Premières publications | Bazar de la Littérature

  3. Pingback: Divergent(e), Tome 3 de Veronica ROTH | Bazar de la Littérature

  4. Pingback: Des sagas dans la bibliothèque ! | Bazar de la Littérature

  5. Pingback: Auteurs (M – Z) | Bazar de la Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s