Bazar de la Littérature


6 Commentaires

[Bilan] Juin 2015

En juin, j’ai lu…

11 livres + 3 morceaux dont :

  • 7 nouvelles séries et 7 one-shot.
  • 7 romans (6 titres imaginaires et 1 roman para-austenien), 1 recueil de témoignages, 1 essai, 3 albums pour enfants et 2 BD.
  • 4 « petites » maisons d’édition.
  • 1 titre en VO.
  • 1 titre termine mon challenge Imaginales de cette année, 2 romans entrent dans le Challenge XIXe et enfin, 1 livre est issue de ma PAL d’été !

  • Trois coups de coeur ce mois-ci, notamment avec deux albums envoyés par les éditions courtes et longues : Fanfan et l’Heure bleue (avec un méga plus-plus pour ce dernier) et grâce au Premier de Nadia Coste qui m’a vraiment transportée. Le troisième album du mois, Fadoli, est également magnifique mais il m’a manqué un petit truc pour l’élever au rang des deux autres ; il est presque parfait… mais presque.
  • Dans des genres complètement différents, j’ai eu vraiment beaucoup de plaisir à parcourir De Darcy à Wentworth, le premier tome des Contes des Royaumes et le recueil Totems. L’Angleterre Regency, la réécriture des contes de fées et le témoignage de 15 personnes incarnant chacun leur peuple… de très bons moments !
  • Je place Le Voyage de Simon Morley un poil en dessous de ceux-là mais un poil au dessus de ceux qui suivront. Bien écrit, hyper immersif, thème intéressant et hyper bien traité… mais des longueurs qui m’ont parfois semblé interminables.
  • Les deux BD Calvin & Hobbes (le tome 17 apparemment) et La Survie de l’espèce m’ont toutes les deux fait sourire, la première assez largement. Malgré tout, aussitôt lues, aussitôt oubliées (ou presque). Quant à l’essai intitulé Les Femmes qui lisent sont dangereuses, je continue à adorer son titre et son thème mais à regretter la légèreté du traitement des oeuvres d’art.
  • Par le sang du démon, que j’avais seulement commencé le mois dernier, reste finalement ma seule « déception » du mois. Bien écrit et pas inintéressant mais pas une histoire qui a su me parler.
  • Quant à mes deux lectures en cours, à savoir La Fille de Belle et le manuscrit secret d’un auteur, je n’en suis qu’aux prémisses… alors je ne peux rien vous révéler encore. Le premier me promet de belles heures de franche rigolade (j’aime déjà beaucoup ce que je lis), le second va m’offrir un texte assez passionnant et hyper prégnant, j’en suis sûre !

Alors ce mois de juin ? Que dire… La routine est légèrement cassée par les sorties avec les copains et copines. On profite des terrasses au soleil bien que la canicule freine un peu mes ardeurs ces derniers jours (plus de terrasse mais des lieux climatisés !). Les journées se suivent et se ressemblent au boulot, ça traîne un peu en longueur cette année et j’attends très impatiemment le dernier jour (je vais malheureusement jusqu’au bout du bout). Toujours le footing (deux fois par semaine) que j’attends toujours avec une immense impatience (peut-être même plus que les vacances !). Vraiment, si je dois retenir un truc positif de juin, c’est ça. Je ne me serais jamais cru capable de courir plus de 3 minutes d’affilée sans m’effondrer et sans rechigner… mais non seulement j’arrive à courir 6 fois 4 minutes (avec une minute de marche rapide entre chaque) et en plus je termine vaillamment par un sprint (et même que je serais contente de faire quelques foulées supplémentaires). Inimaginable il y a quelques années, le sport fait entièrement partie de ma vie et je ne peux définitivement plus m’en passer (samedi matin on se lève aux aurores pour profiter de la fraîcheur et enfin ré-enfiler nos baskets !). J’ai bien cru que le cauchemar des voisins allait reprendre avec l’emménagement de la copine du voisin du dessus mais a priori, ça a l’air d’aller (je suis aux aguets mais j’essaye de me détendre et de ne surtout pas penser à ce qui se passe au dessus de ma tête !). Je me sens bien dans ce nouvel appartement que j’ai totalement adopté et dans lequel j’adore m’installer pour bouquiner avec de la musique en fond sonore. J’ai d’ailleurs définitivement adopté la folk dans mes playlists et je retourne avec plaisir vers les bo de films. Et pour finir sur une dernière touche personnelle positive : j’ai revu un ami de lycée hier… 10 ans depuis le dernier échange ! Et c’était très sympa de se remémorer quelques souvenirs.
Sinon, côté « littéraire »… le blog a fêté ses 9 ans le 4 juin dernier (un concours est encore en cours…). C’est un papy dinosaure mais il se sent bien. Bon moi je me sens un peu vieille et dépassée parfois mais je continue mon bout de chemin sans regarder autour de moi. Je fais à ma sauce et ne me mêle d’aucune histoire touchant la communauté (la blogosphère)… et je me porte bien. De toute façon, il vaut mieux car quand je vois certaines blogueuses lire 30 bouquins par mois, faire 3 vidéos par semaine, avoir 20 000 vues sur leur blog mensuellement… ça me dépite. Je me fais plaisir, je lis 6/7 romans par mois, je tourne une vidéo quand j’ai le temps, j’essaye de ne pas trop regarder les stats… et je me contente de mes quelques 2500 pages lues cette fois-ci encore (dont un peu plus de 500 avec des images – je compte l’essai dedans). Ce petit rythme de croisière me va bien… j’embarque pour le mois de juillet !

♣ ♣ ♣

+19 ! Comme d’habitude, beaucoup trop d’acquisitions (dont 10 services presse…), je suis un cas désespéré !

101 dalmatiens disney pinocchio disney

Et 2 petits dvd…

♣ ♣ ♣

Alors ce mois-ci, j’ai beaucoup beaucoup beaucoup moins varié niveau séries télé et films. Et j’ai regardé beaucoup de conneries. Ce qui monte l’ensemble à 82 épisodes (beaucoup de courts avec mon overdose de Joueur du grenier) et seulement 2 petits films.

L’Amour est dans le pré (oui oui, même pas honte) – Saison 10, épisodes 1 à 8
Cold CaseSaison 2, épisodes 12 à 23 + Saison 3, épisodes 1 à 7
Koh Lanta – 5 épisodes
Joueur du grenier – 45 épisodes
ElementarySaison 3, épisodes 20 à 24

+

La Vie est belle (qui m’a déçue, je m’attendais à vraiment beaucoup mieux) et Pour un garçon (qui m’a divertie sur le moment mais j’ai plus aucun souvenir 3 semaines plus tard !).

♣ ♣ ♣

Et les tops…

Depuis l’ouverture du blog sur WordPress (février 2013) :
 Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 2093 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 1134 vues
Entre chiens et loups, T. 1 de Malorie BLACKMAN (pas mal !) – 931 vues
 La Voleuse de livres de M. ZUSAK (pas mal !) – 893 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 810 vues

Le mois passé :
Coeur de Highlander, T. 1 de Demi MCGOWAN (bof…) – 100 vues
Entre chiens et loups, T. 1 de Malorie BLACKMAN (pas mal !) – 83 vues
Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 81 vues
Rois du monde, T. 1 de Jean-Philippe JAWORSKI (génial !) – 80 vues
Une Femme de Annie ERNAUX (pas mal…) – 72 vues

♣ ♣ ♣

Et 3 vidéos en juin (d’ailleurs j’attends vos retours 😉 ) :



Rendez-vous en août… je serai à la campagne ! 🙂

 

Publicités


7 Commentaires

Anders Sorsele, Tome 1 : Par le sang du démon de Virginia SCHILLI

schilli

Anders Sorsele, Tome 1 :
Par le sang du démon
de Virginia SCHILLI
Editions du Riez,
2010, p. 266

Première Publication : 2004

Pour l’acheter : sur le site de la maison
(à 9,99€ jusqu’à ce soir – 21/06 !)

Virginia Schilli est née en 1984 près de Metz. Une enfance bercée par la lecture et un cursus universitaire en Anglais plus tard, elle publie son premier roman en 2004, Par le sang du démon, un hommage aux créatures sanguinaires qui ont accompagné son adolescence. Le personnage central, un vampire égocentrique à la beauté du Diable nommé Anders Sorsele, fascine et gagne ses lettres de noblesse auprès des amateurs du genre, aidé par une écriture moderne et très visuelle. Une suite voit le jour en 2007, Délivre-nous du mal, puis un troisième volet en 2014 : L’héritage du serpentPassionnée par l’univers du manga et amatrice de rock alternatif et de metal, Virginia Schilli écrit aussi des nouvelles. Un recueil paraît en 2010, intitulé Food for maggots. Une porte ouverte sur un style bien trempé et une quête perpétuelle de nouveaux horizons imaginaires.

♣ ♣ ♣

Dans sa sombre masure, au coeur du Moyen Age, une jeune fille attire les convoitises par sa sublime beauté.
Amoureuse en secret de son frère adoptif, amie d’une étrange occultiste vivant à l’écart du village, elle semble prête à tout pour sortir de sa misérable condition de paysanne. Le destin lui offre l’occasion de croiser le fils du puissant seigneur Sorsele, mais cette rencontre ne se déroule pas sous les meilleurs auspices : violentée, battue, elle se retrouve prisonnière dans les geôles du château.
C’est alors qu’un être mystérieux apparaît et lui offre sa revanche… Mais le prix à payer l’emmènera bien au-delà de la mort, sur les terres d’une souffrance inconnue et implacable.

Afin de préparer au mieux le festival des Imaginales le mois dernier, je m’étais lancée le défi de lire un maximum de titres d’auteurs présents, histoire d’avoir quelques mots à échanger avec eux au moment de la dédicace. C’est donc à cette occasion que j’ai décidé de sortir le premier tome de Virginia Schilli de ma PAL, désireuse de découvrir la plume de cette jeune auteure et, ajoutant au passage un nouveau titre des éditions du Riez à mon actif.
Malheureusement, et à mon plus grand regret, je n’ai pas vraiment apprécié ma lecture. Je lui reconnais de belles qualités – notamment littéraires – mais l’intrigue n’a pas su m’accrocher. Je ne lirai donc pas la suite mais vous encourage à jeter un oeil à Par le sang du démon si le thème fait partie de ceux que vous appréciez.

Virginia Schilli nous propose ici une histoire de démons et surtout de vampires. A la base, j’apprécie le thème avec modération mais n’en suis pas plus friande que ça. J’ai lu quelques classiques (Dracula, Carmilla, Entretien avec un vampire) et des choses plus modernes (La Communauté du Sud, Rebecca Kean…) qui traitent le mythe de façon assez différentes mais finalement, ce que je retiens le plus de tout ça, c’est le passage de l’humain au monstre et ce qu’il reste « d’âme » après la transformation.
Anne Rice s’y attarde assez brillamment et Virginia Schilli nous offre elle aussi un personnage qui se questionne sur son humanité. Malheureusement, là où Louis avait su me toucher, le héros de Par le sang du démon m’a laissée de glace car je n’ai jamais réussi à le comprendre.

L’auteure met en scène une jeune fille de 16 ans, belle paysanne du Moyen Age qui attire les convoitises et fait jaser. Son but : séduire son frère adoptif et sortir de la fange dans laquelle elle a été élevée. En chemin, elle tombe un jour sur le fils du seigneur du coin qui, séduit, la violente et la kidnappe. Enfermée dans sa geôle, la demoiselle est visitée par un démon qui lui propose de l’aider… mais il faut évidemment se méfier des pactes conclus dans l’urgence. Anders, le fils coupable, veut s’excuser, il s’en veut. L’héroïne lui pardonne et tombe amoureuse du jeune homme, éblouit par sa beauté et sa richesse… malheureusement, sa nature a changé depuis sa rencontre avec le démon et lors d’ébats, sa soif de sang est telle qu’elle tue son amant… et prend sa place dans son corps (car une partie de son souhait était de prendre la place sociale du fils du seigneur). Dorénavant dans un corps d’homme et atteinte d’une soif inextinguible, notre héroïne/héros doit réapprendre à « vivre », avec tout ce que sa nouvelle nature implique !
Je n’ai pas apprécié ce personnage. J’ai tout d’abord détesté cette jeune femme imbue d’elle-même, méprisante et méprisable. Et puis, alors que l’horreur lui tombe dessus, je n’ai pas compris ses réactions et surtout ce syndrome de Stockholm accéléré. J’ai eu un peu plus d’empathie lorsqu’elle (devenue il par la force de la transformation) se questionne sur son besoin de tuer mais une nouvelle fois, j’ai été complètement déstabilisée par son retournement de veste à l’arrivée dans son entourage d’un personnage encore plus cruel. Du vampire implacable, le héros se transforme en moralisateur choqué par les actes de son compagnon… les réactions, émotions et sentiments changent trop soudainement pour qu’ils soient crédibles et compréhensibles du lecteur, à mon avis.

virginia schilliAyant eu trop de mal avec le personnage principal, j’ai de ce fait ressenti une grande distance avec ses aventures et donc avec l’intrigue qui, même si elle n’est pas inintéressante, n’a pas su m’accrocher. Je me suis ennuyée, je n’ai jamais réussi à me sentir impliquer et donc à entrer dans l’action.
Pour le coup, c’est une impression tout à fait personnel qui est due à mes goûts et mes attentes de lectrice mais aussi, peut-être, à mon état d’esprit (peu concentré) lors de ma découverte de ce premier tome. Je suis persuadée qu’il y a un moment idéal pour chaque livre et je n’étais définitivement pas dans la meilleure optique lors de ma lecture.

Malgré tout, et c’est le point positif de ce premier tome, j’ai été franchement impressionnée par la plume de la jeune Viriginia Schilli. Je ne sais pas s’il s’agit de son premier roman mais le moins que l’on puisse dire, c’est que le style est maîtrisé.
L’auteure utilise un vocabulaire et des tournures de phrases pas mal travaillés mais sans non plus tomber dans le pédant ou le pompeux. C’est riche et bien construit mais n’en demeure pas moins fluide et agréable. L’exercice n’est pas évident et je salue la prouesse.

Finalement, Par le sang du démon n’est pas mauvais, il n’est juste pas fait pour moi puisque ce que je lui reproche n’est lié qu’à des goûts personnels. Je suis donc persuadée que d’autres lecteurs seront à la fois séduits par la plume mais aussi et surtout par les personnages et l’histoire dans laquelle ils évoluent !
Je ne renonce donc pas aux écrits de Virginia Schilli, peut-être qu’une autre histoire, avec un autre thème, saura me convaincre de A à Z ?

Illustration : Portrait de Virginia Schilli.