Bazar de la Littérature


8 Commentaires

[Bilan] Janvier 2015

En janvier, j’ai lu…

5 livres complets + 2 morceaux dont :

  • 2 premiers tomes, 1 suite et 4 one-shot.
  • 5 romans (3 titres imaginaire, 1 historique et 1 contemporain) et 2 livres graphiques (1 bd, 1 album pour enfants).
  • 4 SP et 3 livres de ma PAL perso.
  • 2 lectures communes.
  • 1 livre en vo.
  • 3 livres sur ma liseuse (je les possède aussi en papier).
  • 3 « petites » maisons.

 

  • Mon coup de coeur de janvier l’était déjà en décembre (je n’en avais lu qu’un tiers), il s’agit évidemment du troisième tome de Harry Potter en vo. Je fais la redécouverte progressive de la saga dans sa langue d’origine, et c’est troooop bien !
  • Grosse surprise très positive pour le premier tome des Chroniques lunaires de Marissa Meyer, j’imaginais -bêtement – une énième saga YA un peu niaise, pas très poussée… et finalement, c’est vraiment pas mal trouvé !
  • La Quête d’Amy, Les Nuits rouges du théâtre d’épouvante et Le Papillon à roulettes ont tous les trois su m’émouvoir, me surprendre, m’intriguer… des textes originaux et intéressants !
  • Finalement, la petite déception du mois revient au premier tome de Outlander dont j’attendais certainement beaucoup trop et qui n’a pas su me convaincre… en revanche, la série m’accroche beaucoup beaucoup beaucoup plus !
  • Je n’ai lu que les 200 premières pages de L’Ensorceleuse, et je n’arrive pas du tout à donner mes impressions. Je suis intriguée, c’est le moins qu’on puisse dire ! Je suis tour à tour enchantée (je souris comme une idiote) en lisant toutes les références à la confrérie des Préraphaélites, en rencontrant la maman de Monsieur Wilde, en piétinant les ruelles mystérieuses du Londres de la fin du XIXe avec les expériences un peu étranges sur les personnes « folles »… toute une atmosphère, un décor qui me parle énormément. En même temps, après 200 pages, j’ai pas l’impression qu’il se soit passé grand chose et je vois pas trop où l’auteure veut aller… mais je meurs d’envie de tourner les pages ! Bizarre bizarre cette lecture, mais avec un tel thème, je pouvais m’en douter !

Si j’avais explosé mon score en décembre dernier, l’année 2015 commence beaucoup moins brillamment… Peu de temps à consacrer aux lectures, le moral dans les chaussettes, la concentration partie en vacances… bref, c’était pas trop ça. Je pense que février suivra malheureusement le même chemin puisqu’il sera bien occupé par un concours (dans 5 jours, j’ai pas révisé… normal !), par mon futur déménagement (d’ici le 15, je croise les doigts !) et par toutes les démarches qui vont avec (moi qui déteste le téléphone, j’ai jamais autant téléphoné que cette dernière année… -_- ) et enfin par un stage de danse à la toute fin du mois. Je ne m’ennuie pas (j’aimerais bien !) mais j’ai vraiment très très très hâte que ce déménagement (et l’enfer de ces 8 derniers mois) soit derrière moi. Je rêve d’une soirée sans boules quies, d’un week end cocooning sans percevoir la vie des voisins (et donc sans avoir l’esprit constamment happé par leurs nuisances sonores)… je rêve de retrouver la paix et le calme d’un vrai foyer. Normalement, d’ici trois semaines grand max’, je serai libérée et j’espère que les habitudes livresques reviendront en même temps que ma tranquillité !
En même temps, j’ai pas non plus choisi des livres « faciles » à lire pour engranger un maximum de pages puisque j’ai quand même commencé le mois avec un livre en vo (forcément, je lis moins vite en anglais) et j’ai ensuite enchaîné avec le pavé qu’est Outlander… forcément, je pense que ces deux seules lectures m’ont amenée jusqu’au 18/19 du mois ! Il ne restait plus beaucoup de temps pour le reste. En même temps, j’ai savouré mes rares lectures et c’est bien le principal… ce qui m’amène à 2113 pages lues (dont moins de 200 avec des images) ! Pas si mal finalement. 🙂

Seuls Outlander entre dans le challenge ABC Imaginaire 2015 et L’Ensorceleuse dans le challenge XIXe. Je peux faire mieux !

♣ ♣ ♣

BILAN ACQUISITIONS JANVIER 2015

Et contrairement au mois dernier pendant lequel j’avais été plus que raisonnable, je commence bien mal 2015 avec beaucoup trop d’achats et services presse !

Et je me suis fait plaisir côté dvd…

BILAN ACQUISITIONS DVD JANVIER 2015

♣ ♣ ♣

Et voilà les deux tops habituels, le premier correspond aux chroniques les plus vues/lues depuis la création du blog et le second à celles les plus vues/lues le mois dernier !

Depuis l’ouverture du blog :
 Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 1389 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 758 vues
 La Voleuse de livres de M. ZUSAK (pas mal !) – 684 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 671 vues
 Pride & Prejudice (VO) de Jane AUSTEN (♥ ♥ ♥) – 544 vues

Le mois passé :
Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 167 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 162 vues
Victorian Fantasy, T. 1 de Georgia CALDERA (pas mal !) – 120 vues
Outlander, T. 1 de Diana GABALDON (déçue !) – 119 vues
No et moi de Delphine de VIGAN (bien !) – 74 vues

♣ ♣ ♣

Et j’en profite pour remettre les deux vidéos postées courant janvier, parce que, sans passer inaperçues, elles n’ont quand même pas attiré les foules (comparées à d’autres).


Allez, on repart sur 2000 pages en février, mais pas sûre d’y arriver !

Publicités


10 Commentaires

Harry Potter, Book 3 : And the prisoner of Azkaban de J. K. ROWLING

harry potter and the prisoner of azkaban bloomsbury j k rowlingcoupdecoeur

Harry Potter, Book 3 :
And the prisoner of Azkaban
de J. K. ROWLING
Bloomsbury,
2004, p. 468

Première Publication : 1999

Pour l’acheter : Harry Potter, Book 3

Joanne Rowling, née le 31 juillet 1965 dans l’agglomération de Yate, dans le Gloucestershire, en Angleterre, est une romancière anglaise, connue sous le pseudonyme J. K. Rowling. Elle doit sa notoriété mondiale à la série Harry Potter, dont les tomes traduits en au moins 67 langues ont été vendus à plus de 450 millions d’exemplaires. Elle a également utilisé le pseudonyme Robert Galbraith.
Wikipédia.

Harry Potter, Book 1 Book 2 
La Magie des films 

♣ ♣ ♣

Harry Potter is a wizard. He is in his third year at Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry. It’s always a relief after summer with the Dursleys, however, Harry doesn’t realise that this year will be just as eventful as the last two! The atmosphere at Hogwarts is tense. There’s an escaped mass murderer on the loose, even the Muggles have been warned. The sinister prison guards of Azkaban have been called in to guard the school and Harry, Ron and Hermione rapidly discover why all witches and wizards live in fear of being sent to Azkaban. Lessons, however, must go on and there are lots of new subjects in third year – Care of Magical Creatures and Divination among others. Plus the delights of Hogsmeade, the only village in the UK entirely populated by the magical community.

/!\ Spoilers sur les premiers tomes ! /!\

Il n’est plus nécessaire, je pense, de présenter cette saga mondialement connue et qui a révolutionné le genre. J’ai déjà lu chaque tome en français plusieurs fois mais je voulais tenter la découverte du texte en vo, histoire de prolonger encore un peu plus la magie… et parcourir les mots de J. K. Rowling dans la langue d’origine a effectivement un petit goût de nouveauté et surtout un petit quelque chose de magique.
Ce troisième volume fait partie de mes préférés et cette énième relecture le confirme. L’atmosphère s’assombrit, le danger devient de plus en plus oppressant, de nombreux nouveaux personnages-clefs font leur apparition, l’auteure nous offre de nombreux nouveaux détails qui enrichissent l’univers qu’elle a créé et solidifient les ramifications déjà présentes. Toutes les pièces du puzzle commencent à s’emboîter, la toile se fait de plus en plus claire et visible… mais il reste encore tant de données non dévoilées ! C’est dans ce contexte que nos trois héros grandissent, toujours très liés par l’amitié mais tout n’est pas rose ; on suit leurs joies, leurs peines, leurs disputes et leurs réconciliations… c’est comme si on était à notre tour élève à Poudlard, vivant l’aventure dans l’ombre de Harry et de ses amis. Et si seulement on pouvait vraiment y être !

Je ne sais jamais trop comment aborder les œuvres que j’ai adorées et auxquelles je tiens particulièrement. Le point commun entre elles, c’est l’intensité de ma lecture, le sentiment d’entrer dans et de faire partie de l’histoire, comme un personnage à part entière. Il faut le vivre – donc le lire – pour le comprendre.
Harry Potter c’est tout un univers extrêmement complexe et réfléchi qui donne l’impression que J. K. Rowling a pensé à tout. On dirait (et c’est sans aucun doute le cas) que l’auteure a constitué des fiches de personnages, des arbres généalogiques, des fiches sur les lieux et les créatures rencontrées dans ceux-ci… en bref, une véritable encyclopédie en parallèle des romans. Elle sait tout sur tout et maîtrise chacun des détails qui se glissent entre chaque page. Rares sont les ouvrages qui m’ont donné l’impression d’être totalement téléportée entre les pages et Harry Potter en fait partie. Notamment ce troisième tome, riche en informations et en émotions.

Le prisonnier d’Azkaban introduit plusieurs nouveaux personnages qui deviendront des indispensables de la saga : Sirius Black et Remus Lupin évidemment, mais également le professeur Trelawney et Peter Pettigrew.
Black et Lupin font partie de ces figures charismatiques et inoubliables, mes préférées. Avec eux, c’est toute l’époque des Maraudeurs (quand Lily et James Potter étaient élèves à Poudlard) qui apparaît aux yeux de Harry et du lecteur et c’est carrément passionnant. Ces deux hommes aux parts d’ombre non négligeables sont complexes mais finalement tellement attachants malgré leurs nombreux défauts. C’est vraiment un plaisir de les rencontrer dans ce troisième tome et de constater qu’ils ont un rôle plus que primordial dans la vie de Harry.
Le professeur Trelawney et Peter Pettigrew sont également de nouvelles figures, un peu plus secondaires que les précédentes et pourtant, particulièrement clefs elles aussi, notamment le deuxième. La professeur de divination n’est qu’assez peu utilisée dans ce troisième opus mais elle est aussi intimement liée à Harry. Elle offre ici surtout à Hermione une scène de rébellion surprenante : l’adolescente a du caractère, elle n’est plus seulement la bonne élève discrète.
Ce troisième volet amène également de nouvelles créatures et sortilèges, tous ont leur importance, aucun n’est anodin. J. K. Rowling place simplement de nouveaux pions dans le décor déjà extrêmement riche. Epouvantards, détraqueurs et hippogriffe croisent le chemin du trio et ceux-ci vont également avoir affaire au sortilège puissant du Patronus, visuellement très beau et à la symbolique très forte. Autant d’éléments qui permettent de se plonger encore plus dans le monde magique de Harry Potter !

The_MaraudersAprès la réapparition de Voldemort grâce à la pierre philosophale et à un journal intime bien particulier, Harry doit ici affronter un autre ennemi : Sirius Black. Miraculeusement échappé de l’horrible prison d’Azkaban, le sorcier en fuite semble en avoir sérieusement après le jeune héros… mais pourquoi ? Que veut-il ? Quel est son lien avec Voldemort ? Le mage noir n’est pas vraiment présent dans ce troisième tome mais sa présence est pourtant plus palpable que jamais. J. K. Rowling nous prouve ici que le danger peut venir d’ailleurs – pas directement de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom – et que ses alliés sont toujours là, nombreux malgré les années qui passent.
Le contexte s’assombrit pour le héros, l’auteure le (et le lecteur par la même occasion) fait entrer doucement dans une ère plus dramatique, plus adulte. Les émotions commencent elles aussi à être de plus en plus fortes. Je pense notamment à la « fausse joie » ressentie par le jeune héros à la pensée qu’enfin, il pourrait vivre dans un contexte familial heureux… ou encore l’avenir de Remus Lupin, le meilleur professeur de Défense contre les forces du Mal jamais connu par les élèves… Plus les tomes passent, plus le lecteur se sent impliqué dans le devenir des personnages. On rit mais on pleure aussi en leur compagnie.

Cette découverte de l’œuvre en vo me permet de mettre en évidence l’humour contenu dans le texte de J. K. Rowling. Parce que l’auteure est anglaise et ça se ressent ; la traduction française perd un peu cet aspect, j’ai l’impression. Et puis, lire en anglais, notamment sur liseuse, permet d’apprendre facilement du vocabulaire ! J’ai envie de placer « injuries » (blessures), « paw » (patte), « jaw » (mâchoire) et « stag » (cerf) dans la conversation maintenant !
Pour ceux qui veulent revivre la magie Poterienne autrement qu’avec les adaptations (que j’aime beaucoup), les fanfictions et le site Pottermore, et qui en plus veulent améliorer leur anglais… mais qu’attendez-vous ?

Les deux premiers volets présentaient l’univers tout en restant du côté assez « enfantin », ce troisième tome lance doucement l’histoire du côté plus sombre (le pas étant définitivement franchi avec le tome 4). Mais si j’aime autant Le Prisonnier d’Azkaban, c’est surtout pour l’introduction de nouveaux personnages qui ouvrent l’intrigue sur la période des Maraudeurs, ce qui enrichit considérablement l’histoire et apporte énormément d’émotions fortes !

Illustration : les jeunes Maraudeurs apparaissant dans l’adaptation.

 


2 Commentaires

[Bilan] Décembre 2014

BILAN LECTURES DECEMBRE 2014En décembre, j’ai lu…

14 livres complets + 3 morceaux dont :

  • 1 premier tome, 4 suites de séries et 12 one-shot. Alors là, je m’auto-congratule !
  • 9 romans (3 titres imaginaires, 3 policiers, 2 romances historiques dont une para-austenienne et 1 roman contemporain), 4 albums pour enfants, 3 « beaux-livres » et 1 bd. Je varie de plus en plus. 🙂
  • 8 SP, 3 emprunts et donc seulement 6 livres rien qu’à moi… ça ne va pas du tout !
  • 1 lecture commune.
  • 1 livre en VO.
  • 4 titres découverts sur ma liseuse.
  • 4 « petites » maisons.

 

  • Deux coups de coeur en décembre. Le premier pour un album que j’adore et dont je ne me lasse pas : La Moufle, le deuxième pour ma relecture en vo du troisième tome d’Harry Potter (je n’ai lu qu’un tiers pour le moment mais je sais déjà que comme lors de mes premières lectures en français, je vais adorer !). Deux valeurs sûres finalement !
  • J’ai été très très très agréablement surprise par Enquête d’identités (que j’ai trouvé très bien mené !), par Edenbrooke (qui m’a beaucoup touchée !) et par Trois souris… (une petite nouvelle d’Agatha Christie en huis-clos).
  • J’ai aimé les lectures suivantes mais leur ai trouvé des défauts : Le Royaume du Nord, le troisième tome du Canon graphique, le premier tome de Victorian Fantasy, Mr Pan, Combien de terre faut-il à un homme ?, Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, le deuxième tome des Etoiles de Noss Head et No et moi.
  • Divertissants mais sans plus pour Québec Land (que l’on apprécie vraiment que si l’on a vécu au Québec, je pense) et pour Elizabeth Darcy (dans lequel je n’ai pas vraiment reconnus les personnages que j’aime tant !).
  • La grosse déception du mois revient au troisième tome de Night School que j’ai trouvé assez inutile et donc longuet.

 

Grâce au week end à 1000 et aux vacances, j’ai pu me poser pour lire sans trop culpabiliser. J’ai donc enchaîné les titres, savourant avec plaisir la plupart d’entre eux. J’espère que l’année 2015 sera sur le même modèle ! 🙂 En décembre, j’ai donc lu près de… 3900 pages (dont 1000 avec des images). Waouhhhhh ! ça ne m’était pas arrivée depuis des mois, pourvu que ça dure ! 

Aucun livre n’entre dans le challenge irlandais cette fois-ci, par contre, j’ajoute 3 titres au challenge XIXe (des romances) ! 🙂

♣ ♣ ♣

 

BILAN ACQUISITIONS DECEMBRE 2014Peu d’acquisitions ce mois, et seulement les trois achats obligatoires à France Loisirs. Si j’avais pu prendre exemple toute cette année sur ce bilan, mes bibliothèques ne déborderaient pas à la veille de 2015 !

 

BILAN ACQUISITIONS DVD DECEMBRE 2014Par contre je me suis un peu laissée aller côté dvd… 8 achats impulsifs, 2 cadeaux de Noël. Il va falloir que je repense le rangement de ma dvdthèque, parce que là aussi, c’est complet de chez complet !!!

 

♣ ♣ ♣

 

Et voilà les deux tops habituels, le premier correspond aux chroniques les plus vues/lues depuis la création du blog et le second à celles les plus vues/lues le mois dernier !

 

Depuis l’ouverture du blog :
 Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 1209 vues
 La Voleuse de livres de M. ZUSAK (pas mal !) – 615 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 600 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 587 vues
 Pride & Prejudice (VO) de Jane AUSTEN (♥ ♥ ♥) – 509 vues

Le mois passé :
Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 141 vues
 Le Royaume du Nord et des Trolls de Pierre DUBOIS (très beau à feuilleter !) – 89 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 85 vues
 La Nuit des temps de René BARJAVEL () – 73 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 71 vues

 

 

En janvier, je ne place pas la barre trop haut. Parce que rentrée oblige, j’aurai plein de trucs à faire. Et je me suis inscrite à quelques concours de bibliothèque (sans aucune conviction), je vais donc devoir plancher un minimum sur la méthodologie histoire de ne pas rendre copie blanche début février. Mais j’y vais vraiment pour dire que j’y vais (sur un malentendu, on sait jamais…). Donc je pars sur 2000 pages lues en janvier (j’espère exploser le score !).  

 


18 Commentaires

Harry Potter, Book 2 : And the Chamber of Secrets de J. K. ROWLING

harry potter 2 vo bloomsbury

coupdecoeur

Harry Potter, Book 2 :
And the Chamber of Secrets
de J. K. ROWLING
Bloomsbury,
2004, p. 366

Première Publication : 1998

Pour l’acheter : Harry Potter, Book 2

Joanne Rowling, née le 31 juillet 1965 dans l’agglomération de Yate, dans le Gloucestershire, en Angleterre, est une romancière anglaise, connue sous le pseudonyme J. K. Rowling. Elle doit sa notoriété mondiale à la série Harry Potter, dont les tomes traduits en au moins 67 langues ont été vendus à plus de 450 millions d’exemplaires. Elle a également utilisé le pseudonyme Robert Galbraith.
Wikipédia.

Book 1

The Dursleys were so mean that hideous that summer that all Harry Potter wanted was to get back to the Hogwarts School for Witchcraft and Wizardry. But just as he’s packing his bags, Harry receives a warning from a strange, impish creature named Dobby who says that if Harry Potter returns to Hogwarts, disaster will strike.
And strike it does. For in Harry’s second year at Hogwarts, fresh torments and horrors arise, including an outrageously stuck-up new professor, Gilderoy Lockheart, a spirit named Moaning Myrtle who haunts the girls’ bathroom, and the unwanted attentions of Ron Weasley’s younger sister, Ginny.
But each of these seem minor annoyances when the real trouble begins, and someone–or something–starts turning Hogwarts students to stone. Could it be Draco Malfoy, a more poisonous rival than ever? Could it possibly be Hagrid, whose mysterious past is finally told? Or could it be the one everyone at Hogwarts most suspects…Harry Potter himself?

J’ai découvert Harry Potter et la chambre des secrets lors de sa première publication en Folio Junior ; je devais donc avoir 12 ans. Des quatre premiers tomes (quasiment enchaînés les une à la suite des autres), c’est, il me semble, celui qui m’avait le moins emballée (mais j’avais quand même aimé… c’est Harry Potter quand même !). Ce n’est que très tardivement, aux alentours de mes 20 ans, que je me suis relancée sérieusement dans l’ensemble de la saga et dans les adaptations. Et encore une fois, bizarrement, ce deuxième volume est celui qui me ravissait le moins, aussi bien à l’écrit qu’à l’écran. Pourtant, avec du recul, je me suis rendue compte qu’il a toute son importance dans l’intrigue générale… Alors qu’en est-il aujourd’hui, cinq ans plus tard, alors que la lecture s’est pour la première fois faite en anglais ?
Eh bien figurez-vous que j’apprécie de plus en plus cette deuxième intrigue à Poudlard ! Tous les éléments sont réunis pour que le voyage soit réussi : tuteurs sans cœur, sauvetage magique, tentative de meurtre, enquête dans le château, rejet des camarades… Encore une fois, émerveillement, rire et larmes sont au rendez-vous… jamais je ne me lasserai d’Harry Potter !

Dans ce deuxième opus, notre héros et ses deux fidèles compères ont 12 ans et s’apprêtent à entamer leur deuxième année à Poudlard. J’avais oublié que la partie « avant l’école » était si importante (environ 75 pages), sans doute car elle est pas mal escamotée dans le film. J’aime par exemple beaucoup la scène de l’arrivée dans – et donc de la découverte de – la maison de la famille Weasley baptisée le Terrier. C’est l’occasion pour le lecteur de mettre des images sur un foyer magique (ustensiles de cuisine et créatures domestiques intruses sont de la partie) et c’est surtout, pour Harry, l’occasion de mettre des émotions sur le concept de famille. Car en effet, si les rouquins ne roulent pas sur l’or, ils sont plus riches que les autres familles grâce à l’amour qu’ils se portent tous. J’aime ce clan, la complicité et la tendresse qui les lient tous et je n’ai aucun mal à percevoir l’émotion que peut ressentir Harry lorsqu’il découvre tout ça !
Les lecteurs, en même temps que le jeune sorcier, font un peu plus ample connaissance avec chacun des membres : le père qui travaille au ministère de la magie (Arthur), la mère protectrice (Molly), les frères aînés absents (Bill et Charlie), le suivant un peu – beaucoup – pète-sec (Percy) et la petite sœur timide (Ginny). Pendant ces quelques scènes de bonheur simple, on retrouve également avec plaisir les jumeaux facétieux (Fred et George) et évidemment Ron, le meilleur ami fidèle ! Les chapitres au Terrier ou avec les Weasley de façon plus générale offrent un petit moment de calme avant la tempête et apportent, sans en avoir l’air, de nouveaux éléments au monde créé par J. K. Rowling : les gnomes du jardin, la Poudre de Cheminette ou encore, l’existence de l’Allée des Embrumes et notamment de la peu fréquentable boutique Barjow & Beurk (Borgin & Burkes en vo).

Gilderoy_lockhartL’aventure commence ensuite véritablement dès le jour de la rentrée, alors que le quai 9 ¾ refuse de laisser passer Harry et Ron… et les péripéties vont se multiplier au fil des mois, allant même jusqu’à faire craindre la fermeture de l’école ! Si le film peut laisser penser que tout se passe vite, on sent davantage les mois passer dans le livre et, de ce fait, je trouve la gravité de la situation davantage palpable (notamment pour ceux qui se retrouvent pétrifiés ou pour Hermione qui connait un petit aléa avec une potion bien particulière…). J’avais oublié que certains évènements s’étendaient sur des mois entiers, l’adaptation ayant tendance à raccourcir les choses… mais ce n’est qu’un détail.
Quand on connait l’histoire, on se rend compte que beaucoup d’indices sont disséminés dans le texte et que certaines choses sont évidentes… mais lors de ma toute première lecture, à 12 ans, je n’avais rien vu venir ! Peut-être que si j’avais découvert ce deuxième tome (et les autres) en étant adulte, j’aurais été beaucoup plus critique et beaucoup moins émerveillée, mais que voulez-vous… à chaque relecture je suis impressionnée par l’intelligence de l’auteure et surtout par sa maîtrise de son histoire, de ses personnages… et de son univers en général ! Tout semble penser dans le moindre détail, chaque élément a sa place et son importance dans la grande intrigue générale… j’en reste bouche bée !

Le seul bémol que je peux avancer pour ce deuxième tome c’est que, malgré tous les éléments en possession des adultes de Poudlard (les professeurs et notamment Dumbledore), ce sont quand même des enfants de 12 ans qui réunissent les pièces du puzzle et résolvent l’enquête (ils n’ont jamais pensé à interroger une certaine jeune fille geignarde à lunettes, par exemple ?). Mais soit, c’est Harry le héros et c’est un tome davantage destiné à la jeunesse alors… je pardonne bien volontiers !

Mis à part l’univers qui s’étoffe et une intrigue rythmée, J. K. Rowling nous offre également, dans La Chambre des secrets, de nouveaux personnages (ou développe certains qu’on avait seulement croisés jusque là). Je vous ai déjà cité la famille Weasley, je n’y reviens pas. Le lecteur fait plus ample connaissance avec plusieurs acteurs de l’école : des élèves (actuels ou anciens), des professeurs (notamment le très charismatique et ridicule Gilderoy Lockhart) et des fantômes (Peeves, totalement absent des films). On découvre également le peu sympathique Lucius Malefoy, père de Drago (Draco Malfoy en vo) et l’étrange Dobby, elfe de maison de son état (encore une fois, l’auteure étoffe son univers en insérant une nouvelle créature avec toutes les caractéristiques qui la concernent).

J’imagine que certains détracteurs peuvent trouver le style de J. K. Rowling trop simple ou pauvre… personnellement je trouve que l’anglaise a trouvé le juste milieu entre le texte clairement pour enfants (on retrouve certains thèmes propres à l’enfance et à l’adolescence) et une construction plus mature. Peut-être ai-je une âme d’enfant et suis donc plus prompte à m’émerveiller… mais Harry Potter est la seule saga qui m’émeut autant et ce deuxième tome ne fait pas exception ! Je ris aux blagues des jumeaux Weasley et face à l’incompétence de Gilderoy Lockhart, je suis touchée par les épreuves que subit Harry (son été catastrophique chez les Dursley, ses camarades qui lui tournent le dos dès qu’il est soupçonné…) et carrément émue aux larmes lorsqu’Hagrid refait son apparition dans la grande salle à la fin de l’année ou lorsque Dumbledore assure à notre jeune sorcier que ce qui compte, ce sont les choix qu’il fait…
Je suis ravie d’avoir tenté la lecture de la saga en anglais. Non seulement je découvre le texte d’origine et tente de parfaire mon anglais, mais j’ai la joie, en plus, de replonger dans cet univers que j’aime tant. Même si la traduction française est admirable, c’est encore mieux de mettre les patronymes et termes originaux sur les personnages et objets que l’on connaît déjà. Une fois ceux-ci et le vocabulaire magique de base acquis, l’immersion dans le monde de J. K. Rowling se fait en douceur et est totale ! C’est vraiment un choix idéal pour ceux qui ont envie de se lancer dans la lecture en vo !

Dans un univers magique hyper travaillé et maîtrisé (que je trouve passionnant !), J. K. Rowling n’oublie pas les ingrédients indispensables à un bon roman jeunesse : la quête d’identité du héros orphelin, l’amitié indéfectible, les péripéties amusantes mais non dénuées de danger et l’enquête au sein de l’école… Idéal pour petits et grands et un bon moyen de travailler son anglais pour ceux qui tentent la lecture en vo !

« Your aunt and uncle will be proud, though, won’t they? » said Hermione, as they got off the train and joined the crowd thronging towards the enchanted barrier. « When they hear what you did this year? »
« Proud? » said Harry. « Are you mad? All those times I could’ve died, and I didn’t manage it? They’ll be furious… »
And together they walked back through the gateway to the Muggle world.

Image : L’excellent Kenneth Branagh dans le rôle de Lockhart !


7 Commentaires

Harry Potter, Book 1 : And the philosopher’s stone de J. K. ROWLING

harrypotter book 1 and the philosopher stone j k rowling

coupdecoeur

Harry Potter, Book 1 :
And the philosopher’s stone
de J. K. ROWLING
Bloomsbury,
2004, p.332

Première Publication : 1997

Pour l’acheter : Harry Potter and The Philosopher’s Stone

Joanne Rowling, née le 31 juillet 1965 dans l’agglomération de Yate, dans le Gloucestershire, en Angleterre, est une romancière anglaise, connue sous le pseudonyme J. K. Rowling. Elle doit sa notoriété mondiale à la série Harry Potter, dont les tomes traduits en au moins 67 langues ont été vendus à plus de 450 millions d’exemplaires. Elle a également utilisé le pseudonyme Robert Galbraith.

Book 2 

Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? Un livre magique pour sorciers confirmés.

Alors que ma PAL frise l’effondrement, je choisis de faire une relecture… Oui, mais pas n’importe laquelle et pas n’importe comment !
J’ai lu ce premier tome pour la première fois lors de sa sortie chez France Loisirs en 1998 ou 1999, je pense. Je venais donc d’avoir mes onze ans, à peu de choses près, et j’attendais impatiemment ma lettre d’entrée à Poudlard (je l’attends toujours d’ailleurs…) ! J’ai du refaire une ou deux lectures de ce tome d’introduction les années suivantes et depuis quelques années, je complète mon adoration « potterienne » en lisant des fanfictions sur internet. A force d’attendre la sortie des films, de revoir les six premiers en DVD et de lire un peu tout ce qui tourne autour de l’univers de J.K. Rowling, j’avais envie de replonger aux sources et de me refaire une petite cure… mais cette fois-ci, et pour la première fois, en anglais !
J’ai été plus que ravie de redécouvrir les bases de la saga avec un œil plus mature, et, en connaissant la fin cette fois ! Par contre, moi qui m’attendais à une lecture en VO simple (ne dit-on pas qu’il s’agit d’un livre pour la « jeunesse » ?), autant dire que j’ai été un peu déstabilisée, au départ, par le niveau de langue ; ce n’est pas si facile que ça !

harrypotter1 adaptation 2001Faut-il vraiment résumer cette célèbre histoire ? Dans le doute, allons-y…
Harry Potter s’apprête à fêter ses onze ans. Orphelin, il vit depuis dix ans chez son oncle et sa tante, les Dursley, qui l’ont recueilli après la mort « accidentel » de ses deux parents. Méprisé par sa famille et surtout par son cousin, un gros garçon de son âge baptisé Dudley, Harry ne coule pas que des jours heureux…
Le jour de l’anniversaire de son cousin, sorti brutalement de son sommeil alors qu’il dormait dans son placard, Harry accompagne la famille au zoo. Là-bas, alors que la colère l’envahit après un tour de Dudley, le petit garçon assiste à une scène extraordinaire… et ce n’est pas la première fois qu’une chose bizarre lui arrive !
Les choses deviennent de plus en plus étranges lorsqu’Harry reçoit une lettre à son nom, lettre que son oncle lui interdit de lire. Les courriers se multiplient au fil des jours… Pour qu’Harry ne puisse pas découvrir ce qui se cache dans ces enveloppes, l’oncle Vernon décide d’emmener tout le monde dans une cabane perdue au milieu de nulle part.
La nuit du onzième anniversaire du garçon, ce n’est pas le courrier qui vient le trouver, mais un géant prénommé Hagrid qui lui apprend qu’il est un sorcier et qu’il doit se préparer à sa future entrée dans l’école de Poudlard (Hogwarts) où il apprendra à devenir aussi puissant que ses parents, Lily et James Potter…
Une nouvelle vie commence pour Harry… Hagrid, l’emmenant faire ses « courses de rentrée », lui apprend beaucoup de choses sur les sorciers et sur la mort de ses parents, pas du tout accidentelle… Harry comprend vite que tous les sorciers de font pas le Bien. A Poudlard, il découvre l’importance de l’amitié… et de nombreux secrets !

Difficile de faire un « résumé » alors qu’il se passe tant de choses dans ce premier tome, alors qu’il y a tant à dire ! Certains reprochent à J.K. Rowling une histoire un peu bateau et enfantine… mais je pense qu’il faut creuser plus loin.
L’auteure nous offre un univers hyper complexe et réfléchi. Il est vrai qu’on ne mesure pas toute l’ampleur de celui-ci dans ce premier tome, mais lorsqu’on le relit après avoir découvert toute la saga, on se rend compte que des détails sont éparpillés partout. Tout a son importance et surtout, tout a une place bien précise. Rien n’est laissé de côté, tout est pertinent. Avec ce tome d’introduction, on découvre le monde des sorciers en même temps qu’Harry, à travers ses yeux. Autant dire qu’on s’émerveille de tout à ses côtés !
Premier lieu mythique : le Chemin de Traverse (Diagon Alley) où les sorciers font leurs courses en commençant par retirer de l’argent chez Gringotts, la banque tenue par des gobelins (petites créatures qui n’ont pas l’air commodes !). Vient ensuite le passage dans différentes boutiques pour l’achat des fournitures : la robe de sorcier, les plumes et l’encre, le chaudron, les livres,… et enfin le détour chez Ollivander, le marchand de baguettes ! On suit ensuite Harry sur la voie 9 ¾ pour prendre le train qui le mène à l’école et une fois au château, l’enfant (et le lecteur) va de surprises en surprises !
Difficile de citer toutes les fabuleuses inventions de J.K. Rowling sans en écrire des pages ou pire, en oublier ! Notons surtout que le monde des sorciers est tenu secret et que les Moldus (Muggles) n’ont aucune idée de son existence. Gardons également en tête que dans le monde des sorciers, il n’y a pas que des humains et en plus des gobelins, Harry fait la connaissance dans ce tome-ci, de fantômes, d’un dragon, d’un chien à trois-têtes, de centaures, d’un troll… on se doute que d’autres créatures croiseront sa route dans les tomes suivants ! Et si vous voulez en savoir plus, je vous conseille la lecture du manuel intitulé les Animaux fantastiques, qui répertorie toutes les créatures du monde créé par J.K. Rowling !

Pour en revenir à l’intrigue en elle-même, et seulement celle concernant ce premier tome (pas l’intrigue « générale », si je peux dire), c’est-à-dire celle tournant autour de ce qui se cache au cœur de Poudlard et autour de celui qui cherche à voler la dite chose… certains, comme dit au dessus, trouvent « l’enquête » enfantine mais personnellement, lors de ma toute première lecture, je n’ai rien vu venir. Bon, j’avais 11 ou 12 ans, ceci explique peut-être cela.
Avec une dizaine d’années de plus, et connaissant la chute, je me suis rendue compte que beaucoup d’indices sont disséminés tout au long de ces 300 pages mais, et je m’adresse à ceux qui ont lu le livre avec une certaine maturité et sans connaitre le dénouement, aviez-vous vraiment deviné qui est le coupable (puisque c’est la grande « énigme » de ce premier opus) ? Je suis sans doute une éternelle naïve en plus de ne pas être objective, mais je trouve l’ensemble bien mené, bien dosé et réfléchi. J’ai 23 ans, j’aime Harry Potter et je le revendique, na !

harrypotter1 harry ron hermione filmCe qui fait la force de cette saga, en plus de l’univers, c’est la multitude de personnages qui ont tous un rôle bien précis dans l’intrigue générale. On ne fait que les effleurer dans ce tome d’introduction mais on sent le gros potentiel qui se cache derrière chacun.
Harry est plutôt attachant ici (contrairement à la suite !) ; on découvre Ron et Hermione, ses deux inséparables, mais on ne sait pas encore grand-chose sur eux, si ce n’est quelques mots sur leurs origines respectives. De même pour Drago Malefoy (Draco Malfoy en VO) qui, dès sa rencontre avec le héros, est présenté comme un ennemi potentiel.
Mais, ma préférence dans ce premier tome et les suivants, va aux rôles secondaires et notamment ici, à celui de Neville Londubat (Longbottom) ; un garçon effacé, timide, mais toujours dans le coin. On pressent qu’il prendra de l’ampleur par la suite. Et que dire du professeur Severus Rogue (Snape) ! En conflit direct avec Harry, on apprend quelques bribes de son passé dans les dernières pages… On est tentés de le détester avec le héros, et je pense que c’est ce qui s’est passé lors de ma première lecture ; mais aujourd’hui, alors que j’ai le fin mot de l’histoire, impossible d’être objective, Snape est définitivement un de mes personnages préférés !
Je vous citerais bien la dizaine d’autres personnages gravitant autour du héros, mais à l’image de l’univers de J.K. Rowling, c’est si vaste qu’il me faudrait des heures ! En tout cas, j’ai hâte de tous les retrouver avec ma future relecture du second tome (et des suivants !).

Si j’ai tenté cette lecture en anglais, c’est non seulement pour découvrir la plume de J.K. Rowling sans la barrière de la traduction mais surtout car je pensais, étant donné la catégorie « jeunesse » dans laquelle est classé ce titre, que celui-ci serait facile à lire. Et bien, détrompez-vous ! « Jeunesse » ne signifie pas « simplicité » ou « simplisme ». Sans connaitre l’histoire auparavant, je pense que certains passages m’auraient semblé bien obscurs. Une fois habituée au vocabulaire sorcier de base, que je connaissais déjà grâce aux versions anglaises de mes DVDs, je n’ai pas eu de mal à comprendre les « wand » (baguette) et autre « sorting Hat » (Choixpeau magique) ; et d’ailleurs, j’en profite pour féliciter les traducteurs qui ont parfaitement réussi à retranscrire les jeux de mots et tout ce qui se cache derrière, notamment avec les noms propres : « Serpentard » pour « Slytherin » (on garde l’idée du serpent et le sifflement) ou encore « rapeltout » pour « remembrall ». Cela dit, je pense qu’un « non initié » à l’univers et qui n’aurait pas un niveau d’anglais suffisant, aurait un peu de mal avec la lecture en VO. Si c’est le cas, préférez découvrir Harry Potter (si ce n’est pas encore fait !) en français !
Deux autres points linguistiques que j’ai trouvés un peu complexes. Premièrement, les nombreux adjectifs et adverbes ; heureusement que je connais le film et qu’il est plutôt fidèle, car certaines images m’ont beaucoup aidée à me représenter les descriptions. J.K. Rowling a un style riche, alors quand on n’est pas bilingue, ce n’est pas toujours facile ! Deuxièmement, l’espèce d’argot employé par Hagrid, le demi-géant gardien des clefs de Poudlard, n’est pas évident à décrypter au départ. C’est un personnage un peu rustre, sa façon de s’exprimer est donc à son image : il utilise des « yeh » (« you »), « yer » (« your »), « fer » (« for »)… mais une fois qu’on a compris que, globalement, il emploie des -e à la place des -o…
Mais malgré ces petites difficultés, une fois lancée, j’ai adoré découvrir le style de J.K. Rowling et les scènes que j’avais oubliées… Dans l’ensemble, l’auteure utilise beaucoup l’humour et, que ce soit dans la version française ou dans l’adaptation, c’est plutôt bien rendu.

Je vais m’empresser de revoir pour la euh… vingtième fois !… l’adaptation et je reviendrai vous en parler longuement. Je reviendrai également vous dire quelques (enfin quelques… vous me connaissez !) mots sur les tomes suivants, que je compte relire en anglais (les tomes 2 et 3 sont d’ors et déjà dans ma PAL)… Affaire à suivre !