Bazar de la Littérature


6 Commentaires

[Bilan] Juin 2015

En juin, j’ai lu…

11 livres + 3 morceaux dont :

  • 7 nouvelles séries et 7 one-shot.
  • 7 romans (6 titres imaginaires et 1 roman para-austenien), 1 recueil de témoignages, 1 essai, 3 albums pour enfants et 2 BD.
  • 4 « petites » maisons d’édition.
  • 1 titre en VO.
  • 1 titre termine mon challenge Imaginales de cette année, 2 romans entrent dans le Challenge XIXe et enfin, 1 livre est issue de ma PAL d’été !

  • Trois coups de coeur ce mois-ci, notamment avec deux albums envoyés par les éditions courtes et longues : Fanfan et l’Heure bleue (avec un méga plus-plus pour ce dernier) et grâce au Premier de Nadia Coste qui m’a vraiment transportée. Le troisième album du mois, Fadoli, est également magnifique mais il m’a manqué un petit truc pour l’élever au rang des deux autres ; il est presque parfait… mais presque.
  • Dans des genres complètement différents, j’ai eu vraiment beaucoup de plaisir à parcourir De Darcy à Wentworth, le premier tome des Contes des Royaumes et le recueil Totems. L’Angleterre Regency, la réécriture des contes de fées et le témoignage de 15 personnes incarnant chacun leur peuple… de très bons moments !
  • Je place Le Voyage de Simon Morley un poil en dessous de ceux-là mais un poil au dessus de ceux qui suivront. Bien écrit, hyper immersif, thème intéressant et hyper bien traité… mais des longueurs qui m’ont parfois semblé interminables.
  • Les deux BD Calvin & Hobbes (le tome 17 apparemment) et La Survie de l’espèce m’ont toutes les deux fait sourire, la première assez largement. Malgré tout, aussitôt lues, aussitôt oubliées (ou presque). Quant à l’essai intitulé Les Femmes qui lisent sont dangereuses, je continue à adorer son titre et son thème mais à regretter la légèreté du traitement des oeuvres d’art.
  • Par le sang du démon, que j’avais seulement commencé le mois dernier, reste finalement ma seule « déception » du mois. Bien écrit et pas inintéressant mais pas une histoire qui a su me parler.
  • Quant à mes deux lectures en cours, à savoir La Fille de Belle et le manuscrit secret d’un auteur, je n’en suis qu’aux prémisses… alors je ne peux rien vous révéler encore. Le premier me promet de belles heures de franche rigolade (j’aime déjà beaucoup ce que je lis), le second va m’offrir un texte assez passionnant et hyper prégnant, j’en suis sûre !

Alors ce mois de juin ? Que dire… La routine est légèrement cassée par les sorties avec les copains et copines. On profite des terrasses au soleil bien que la canicule freine un peu mes ardeurs ces derniers jours (plus de terrasse mais des lieux climatisés !). Les journées se suivent et se ressemblent au boulot, ça traîne un peu en longueur cette année et j’attends très impatiemment le dernier jour (je vais malheureusement jusqu’au bout du bout). Toujours le footing (deux fois par semaine) que j’attends toujours avec une immense impatience (peut-être même plus que les vacances !). Vraiment, si je dois retenir un truc positif de juin, c’est ça. Je ne me serais jamais cru capable de courir plus de 3 minutes d’affilée sans m’effondrer et sans rechigner… mais non seulement j’arrive à courir 6 fois 4 minutes (avec une minute de marche rapide entre chaque) et en plus je termine vaillamment par un sprint (et même que je serais contente de faire quelques foulées supplémentaires). Inimaginable il y a quelques années, le sport fait entièrement partie de ma vie et je ne peux définitivement plus m’en passer (samedi matin on se lève aux aurores pour profiter de la fraîcheur et enfin ré-enfiler nos baskets !). J’ai bien cru que le cauchemar des voisins allait reprendre avec l’emménagement de la copine du voisin du dessus mais a priori, ça a l’air d’aller (je suis aux aguets mais j’essaye de me détendre et de ne surtout pas penser à ce qui se passe au dessus de ma tête !). Je me sens bien dans ce nouvel appartement que j’ai totalement adopté et dans lequel j’adore m’installer pour bouquiner avec de la musique en fond sonore. J’ai d’ailleurs définitivement adopté la folk dans mes playlists et je retourne avec plaisir vers les bo de films. Et pour finir sur une dernière touche personnelle positive : j’ai revu un ami de lycée hier… 10 ans depuis le dernier échange ! Et c’était très sympa de se remémorer quelques souvenirs.
Sinon, côté « littéraire »… le blog a fêté ses 9 ans le 4 juin dernier (un concours est encore en cours…). C’est un papy dinosaure mais il se sent bien. Bon moi je me sens un peu vieille et dépassée parfois mais je continue mon bout de chemin sans regarder autour de moi. Je fais à ma sauce et ne me mêle d’aucune histoire touchant la communauté (la blogosphère)… et je me porte bien. De toute façon, il vaut mieux car quand je vois certaines blogueuses lire 30 bouquins par mois, faire 3 vidéos par semaine, avoir 20 000 vues sur leur blog mensuellement… ça me dépite. Je me fais plaisir, je lis 6/7 romans par mois, je tourne une vidéo quand j’ai le temps, j’essaye de ne pas trop regarder les stats… et je me contente de mes quelques 2500 pages lues cette fois-ci encore (dont un peu plus de 500 avec des images – je compte l’essai dedans). Ce petit rythme de croisière me va bien… j’embarque pour le mois de juillet !

♣ ♣ ♣

+19 ! Comme d’habitude, beaucoup trop d’acquisitions (dont 10 services presse…), je suis un cas désespéré !

101 dalmatiens disney pinocchio disney

Et 2 petits dvd…

♣ ♣ ♣

Alors ce mois-ci, j’ai beaucoup beaucoup beaucoup moins varié niveau séries télé et films. Et j’ai regardé beaucoup de conneries. Ce qui monte l’ensemble à 82 épisodes (beaucoup de courts avec mon overdose de Joueur du grenier) et seulement 2 petits films.

L’Amour est dans le pré (oui oui, même pas honte) – Saison 10, épisodes 1 à 8
Cold CaseSaison 2, épisodes 12 à 23 + Saison 3, épisodes 1 à 7
Koh Lanta – 5 épisodes
Joueur du grenier – 45 épisodes
ElementarySaison 3, épisodes 20 à 24

+

La Vie est belle (qui m’a déçue, je m’attendais à vraiment beaucoup mieux) et Pour un garçon (qui m’a divertie sur le moment mais j’ai plus aucun souvenir 3 semaines plus tard !).

♣ ♣ ♣

Et les tops…

Depuis l’ouverture du blog sur WordPress (février 2013) :
 Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 2093 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 1134 vues
Entre chiens et loups, T. 1 de Malorie BLACKMAN (pas mal !) – 931 vues
 La Voleuse de livres de M. ZUSAK (pas mal !) – 893 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 810 vues

Le mois passé :
Coeur de Highlander, T. 1 de Demi MCGOWAN (bof…) – 100 vues
Entre chiens et loups, T. 1 de Malorie BLACKMAN (pas mal !) – 83 vues
Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 81 vues
Rois du monde, T. 1 de Jean-Philippe JAWORSKI (génial !) – 80 vues
Une Femme de Annie ERNAUX (pas mal…) – 72 vues

♣ ♣ ♣

Et 3 vidéos en juin (d’ailleurs j’attends vos retours 😉 ) :



Rendez-vous en août… je serai à la campagne ! 🙂

 

Publicités


1 commentaire

[VIDEOS] Update Lecture – 18 juin 2015

Pour éviter l’unique vidéo interminable, j’ai divisé cet « Update Lecture » en deux parties… dans lesquelles je vous présente pas moins de 10 livres :

Une histoire de possession en Irlande, une romance dans l’Ecosse du XVIIe siècle, un pacte avec le démon, le conflit mortel entre deux frères ennemis du Néolithique, le rassemblement de tous les personnages de Jane Austen en un seul roman, un essai illustré sur les femmes qui lisent, une réécriture de contes de fées, un voyage dans le temps, un roman YA dans l’univers de Tara Duncan et un collectif de textes qui fait le tour de nombreux peuples !


 

Et les chroniques déjà rédigées, c’est là :

La Mort peut danser de J.-M. LIGNY 
Coeur de Highlander, T. 1 de D. MCGOWAN 
Anders Sorsele, T. 1 de V. SCHILLI
Le Premier de N. COSTE 
De Darcy à Wentworth de S. G. BRINTON


15 Commentaires

[Bilan] Avril 2015

En avril, j’ai lu…

 

6 livres complets + 2 morceaux dont :

  • 3 nouvelles séries, 2 suites de séries (dont une fin !) et 3 one-shot.
  • 7 romans (6 titres imaginaires et 1 roman à suspens) et 1 bd.
  • 3 SP (Services-Presse), 1 emprunt bibliothèque et 4 livres de ma PAL (Pile à Lire) à moi.
  • 1 relecture.
  • 1 lecture commune.
  • 1 livre sur la liseuse.
  • 1 livre en VO.
  • 2 « petites » maisons d’édition.

 

  • Pas de coup de coeur ce mois-ci (mais pas de déception non plus) et ça commence à faire un petit moment que c’est le cas. Etat d’esprit du moment ou « mauvais » choix de lecture ? Ou alors je deviens plus exigeante…
  • Deux lectures sont quand même un poil au dessus des autres, mais vraiment pas de beaucoup. Il s’agit du deuxième tome des Portes du secret qui m’a vraiment embarquée dans son intrigue et de Dark Eden, que je viens de terminer alors que je rédige cet article, qui m’a fait réfléchir et m’a fait ressentir pas mal d’indignation (le genre où t’as envie d’entrer dans le bouquin pour tabasser des personnages stupides).
  • Les trois lectures suivantes sont quasiment aussi bonnes à mon goût. Quasiment. Le Maître des insectes m’a surprise dans sa tournure et m’a touchée, le troisième et dernier tome de Fille d’Hécate m’a apaisée et la relecture de L’Enchanteur m’a amusée et m’a rappelé pourquoi j’appréciais tout particulièrement la légende arthurienne.
  • Le premier tome de Spice & Wolf ne m’a pas autant déçue que certains lecteurs, j’y ai même trouvé plusieurs points très positifs, mais il ne m’a pas non plus carrément emballée. De même que le troisième tome de la BD Young Lovecraft, en VO, qui m’a fait sourire mais sans plus.
  • Je n’ai lu qu’une cinquantaine de pages de Même pas mort, premier tome de Rois du monde, alors difficile de me positionner. Pour le moment je suis curieuse et j’apprécie la maîtrise de la langue. Bilan le moins prochain !

 

En avril, ce sont les beaux jours qui ont fait leur grand retour. Bon, sitôt apparus, sitôt disparus mais les quelques jours de grand beau temps ont eu un effet bénéfique sur le moral de tout le monde. Le printemps est définitivement la plus belle saison de l’année. La vie suit son cours : les questionnements sur l’avenir professionnel refont surface, les dossiers à remplir repointent le bout de leur nez (et c’est chiant), je me suis refait une entorse sur la grosse entorse donc je passe toujours du temps chez la kiné-ostéo, la danse c’est fini pour cette année mais ça y est j’ai digéré la nouvelle, j’ai craqué pour deux concerts aux Nuits de Fourvière et pour une jolie robe, les Imaginales c’est dans moins d’un mois et j’ai décidé d’arrêter de me prendre la tête sur le sujet parce que je ne veux pas gâcher ce séjour qui me tient à coeur… et mon coeur fait boum-boum pour des types inaccessibles. La routine quoi.
Bizarrement, avec la danse en moins j’ai pas mal de temps devant moi pour bouquiner, mais je fais souvent autre chose. Je regarde des films et des séries notamment (Seriebox me dit que je passe 2 heures par jour devant mon écran ! o_O ), je joue à des jeux vidéos et je me promène (avec les copains ou toute seule). Donc avec tout ça, la somme des pages accumulées n’est pas énormissime… puisque j’ai lu environ 2350 pages dont une centaine avec des images. Mais je gère assez bien tous les aspects de ma vie, j’ai trouvé un certain équilibre, donc tout va bien. 🙂

Ce mois-ci, j’avance juste dans le Challenge Imaginales puisque deux titres ont été lus (ou sont en cours de lecture) pour l’occasion…

♣ ♣ ♣

 

+ 1 livre d’art dont je n’arrive pas à trouver une image potable (sur les villes de Moulins et Nevers).

Avec les Imaginales le mois prochain, il FAUT vraiment que je me calme… et que je ralentisse sur les SP parce que là, je me noie complètement ! -_-

 

+ 2 petits DVD (oui, j’ai bientôt 28 ans…)

peter et elliott le dragon disney  le livre de la jungle disney

♣ ♣ ♣

Comme le mois dernier, je vous montre ce que j’ai vu à la télé, sur mon ordi ou au cinéma… et alors là, y a tout et n’importe quoi. J’ai zoné, j’ai zappé et j’ai regardé de ces trucs… parfois parfaitement honteux, faut bien l’avouer. Je me suis d’ailleurs relancée dans la saison 10 de 7 à la maison parce que je ne l’ai jamais vue (ni la 11ème et dernière d’ailleurs), parce que je veux absolument finir cette histoire et savoir ce que deviennent les enfants Camden (non mais !) (d’ailleurs il faudrait aussi que je finisse La Petite maison dans la prairie – Marie retrouve la vue ou bien ? – et Docteur Quinn ! :p ). Par contre, avoir appris que Stephen Collins (celui qui joue le père pasteur) a été accusé de pédophilie à la fin de l’année dernière, ça change quand même pas mal de choses…

Alors SerieBox m’annonce 87 épisodes de séries + 6 films vus. Je ne parle que des découvertes parce que, comme le mois dernier, si j’ajoutais les revisionnages, on arriverait sans doute quasiment au double !

Les séries :
Cauchemar en cuisine – 6 épisodes aléatoires

L’Instit – 1 épisode (oui, comme ça, en zappant)
Caméra Café – 33 épisodes aléatoires (plus en fait car ils ne sont pas tous répertoriés)
Faux Raccord – 5 épisodes aléatoires
Cold CaseSaison 1, épisodes 20 à 23 + Saison 2, épisodes 1 à 11
The big Bang TheorySaison 8, épisodes 19 à 22
Top Chef – A jour dans la diffusion (+ Le Choc des champions !)
Criminal mindsSaison 10, épisodes 19 à 22
The Voice – A jour dans la diffusion
OutlanderSaison 1, épisode 8
ElementarySaison 3, épisodes 7 à 12
Koh Lanta – A jour dans la diffusion
7 à la maisonSaison 10, épisodes 2 à 6

+ les films :
Gens de Dublin (le seul truc « intello » de tout le lot) – 17 ans encore (j’ai le droit de redevenir une ado de 15 ans parfois) – Tuck everlasting (franchement sympa !) – Coyote girls (que j’avais déjà vu ado en fait) – Shaun le mouton (excellent !) et La première fois que j’ai eu 20 ans (j’aime bien Marilou Berry).

♣ ♣ ♣

Et les tops…

Depuis l’ouverture du blog sur WordPress (février 2013) :
 Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 1865 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 975 vues
 La Voleuse de livres de M. ZUSAK (pas mal !) – 779 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 770 vues
Entre chiens et loups, T. 1 de Malorie BLACKMAN (pas mal !) – 683 vues

Le mois passé :
Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 137 vues
Entre chiens et loups, T. 1 de Malorie BLACKMAN (pas mal !) – 103 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 87 vues
 L’épouse de bois de Terri WINDLING (marquant !) – 63 vues
Outlander, T. 1 de Diana GABALDON (bof…) – 54 vues
 J’aime pas la danse de Stéphanie RICHARD, illustré par Gwenaëlle DOUMONT (sympa !) – 54 vues

♣ ♣ ♣

Et ce n’est pas une, mais trois vidéos qui ont été tournées en avril (dont une mini-bande annonce) !



 

Rendez-vous début juin… avec tous les achats des Imaginales…


Poster un commentaire

What’s up weekly ? 2015 – 8 (du 06/04 au 19/04/15)

Bonjour tout le monde !

Peu de nouvelles fraiches ces 15 derniers jours. Le seul truc que je retiens c’est que je me suis à nouveau blessée (et bim, re une entorse !) juste en pointant le pied (en sautant, genre comme ça, mais c’est pas l’amorti en atterrissant qui m’a fait mal mais vraiment le fait de tendre, en l’air, au maximum le pied jusqu’au bout des orteils) donc que je ne peux évidemment pas danser. En fait, je peux à peine monter sur demi-pointe sur mon pied gauche, je sens tout le poids de mon corps sur ma cheville. Bye bye les sautillements et adieu les jumps. Je pense que je peux renoncer aux cours de danse jusqu’à la fin de l’année mais j’espère être en forme pour le gros stage à Rognac au début du mois de juillet. Passer de quasi 4 heures de danse par semaine à rien, c’est dur physiquement et moralement. Plus de défouloir, je suis une boule de tension. Dire que je suis déprimée est un euphémisme.
Sinon, pour les choses positives, c’est que je me suis achetée un nouvel appareil photo un peu sophistiqué donc je peux non seulement faire des photos qui ne seront plus floues même si j’ai Parkinson (enfin normalement) et je peux également tourner des vidéos avec une qualité image et son beaucoup plus intéressante. Bon, je suis ruinée mais j’ai un nouveau joujou.
Et ça y est, c’est le printemps, il fait beau et pas trop chaud (enfin, à part les 28° du 5ème étage à la bibliothèque…) alors je marche autant que possible (entre 4 et 5 kms par jour selon les jours) puisque c’est le seul « sport » que je peux m’accorder (et c’est carrément mieux que les transports en commun). Le « problème » du beau temps c’est que tu préfèrerais aller t’étendre sur les quais avec un bouquin plutôt qu’être enfermée à la bu… et là tu ne comprends pas tous les étudiants qui viennent s’y installer pour réviser alors qu’ils ont le choix, eux.

Bref. Les Imaginales c’est dans 1 mois et 7 jours. Le gîte est réservé, les billets de train sont achetés, les congés sont posés… y a plus qu’à bouquiner pour tenter d’avancer un peu dans mon Challenge Imaginales 2015. Je me fais aucune illusion, si j’arrive à lire un voire deux livres de la liste, ce sera déjà beau. -_-

♣ ♣ ♣

Les vidéos de ces deux dernières semaines :


Aucune découverte extraordinaire ces derniers temps alors je remets en avant une vidéo pleine de douceur… J’attends de pied ferme les prochaines vidéos proposées par le collège/lycée Lurgan ! 🙂

 


Ah si, la chaîne TG4 (la chaîne gaélique irlandaise) a posté la bande-annonce du court métrage Rúbaí, qui a gagné un prix l’année dernière. Je ne peux malheureusement pas regarder les programmes en replay, le logiciel Expat Field ne fonctionne pas sur Windows 8.1 et pas sûre, de toute façon, qu’il accorde l’accès aux chaînes irlandaises… si vous connaissez une solution pour débloquer le replay, je suis toute ouïe !

 

♣ ♣ ♣

Les acquisitions de ces deux dernières semaines :

WHAT'S UP WEEKLY 2015 8 SERVICES PRESSEJour de feu de René BARJAVEL. Nouvelle édition de ce texte offert par les éditions Denoël. C’est un des romans de Barja que je n’ai pas encore lu et il me semble que je ne l’avais même pas dans ma collection… d’une pierre deux coups !
Contes du grenier de Emmanuelle et Benoît de SAINT CHAMAS, illustré par Eric PUYBARET. Reçu grâce à la dernière opération Masse Critique de Babelio. J’ai été un peu surprise en ouvrant l’enveloppe car je pensais qu’il s’agirait d’un album pour enfants… et en fait non, c’est un recueil de petits contes. Il y a très peu d’illustrations et elles sont en noir et blanc. Un peu « déçue » même si je ne doute pas que je passerai un bon moment avec ce livre.

WHAT'S UP WEEKLY 2015 8 GOODIES MARQUE PAGES PILON PEINTURE PRERAPHAELITESLes Préraphaélites (1848 – 1884) de Danielle BRUCKMULLER-GENLOT + La Peinture romantique anglaise et les préraphaélites (catalogue d’exposition). Tous les deux trouvés dans le pilon de la bibliothèque… Le deuxième n’est pas forcément très intéressant visuellement parce qu’il date des années 70 donc toutes les illustrations sont en noir et blanc (ce qui est quand même dommage pour un livre d’art et c’est là qu’on se rend compte de tous les progrès accomplis en matière de numérisation depuis quelques années !) mais il prend la forme d’une petite « encyclopédie » en citant par ordre alphabétique les plus grands artistes du courant avec, à chaque fois, une biographie et quelques mots sur les oeuvres.
♣ Des marque-pages pour la collection (dont plusieurs aux couleurs des Oniriques) et le coffret d’un beau livre sur Caspar David Friedrich. Oui, juste le coffret parce que le livre vient d’être acheté par la bibliothèque et mes supplications pour qu’il soit directement mis au pilon n’ont rien donné. Le coffret c’est déjà pas mal. Je reviendrai dans 20 ans, quand le livre sera jeté ! :p

WHAT'S UP WEEKLY 2015 8 EMPRUNTS VO BD La semaine dernière, on a changé la durée de prêt de toutes les bd en vo du fonds. Alors évidemment, j’ai eu envie de toutes les emprunter mais je me suis contentée d’en prendre 5 en anglais (parce que en allemand et en italien ça me paraissait un peu compliqué) dont le thème et/ou les auteurs/illustrateurs me tentaient.

To the heart of the storm de Will EISNER – Young Lovecraft, 3 de Bartolo TORRES et José OLIVER – The Kite runner de Khaled HOSSEINI, Fabio CELONI et Mirka ANDOLFO – The Calvin and Hobbes, Lazy Sunday Book de Bill WATTERSON – Black Hole de Charles BURNS

♣ ♣ ♣

Les articles de ces deux dernières semaines :

Magique !
l'épouse de bois terri windling moutons électriques

Une romance historique qui manque un peu d’émotions…
les fourberies de l'amour georgette heyer

Un drame familial et du suspense… touchant !
le maître des insectes stuart prebble denoel

4 nouveaux albums pour les petits (et les grands !)…
1 poisson 3 voleurs 1 dragon rené gouichoux janik coat nathanl'histoire vraie de pamir przewalski julie faulques fred bernard nathanpolka et hortense astrid desbordes marc boutavant nathanlily cherche son chat peggy nille nathan

D’anciennes chroniques dorénavant rapatriées ici…
les animaux fantastiques j k rowling folio junior  les enchantements d'ambremer tome 1 pierre pevel le livre de poche  1984 george orwell folio  le quidditch à travers les âges j k rowling folio junior  a series of unfortunate events book 2 the reptile room lemony snicket harper collins publishers  la communauté du sud tome 8 pire que la mort charlaine harris j'ai lu  a series of unfortunate events book 1 the bad beginning lemony snicket haper collins publishers  anita blake tome 3 le cirque des damnés laurell k hamilton milady  la communauté du sud tome 7 la conspiration charlaine harris j'ai lu

Et j’ai mis en ligne deux vidéos (dont une bande-annonce de moins de 40 secondes…) :


♣ ♣ ♣

Les lectures de ces deux dernières semaines :

J’ai fini de lire et j’ai lu…
le souffle d'émeraude les portes du secret tome 2 maria v snyder darkiss  enchanteur

Je lis…
spice & wolf tome 1 isuna hasekura jyuu ayakura ofelbe  young lovecraft 3 bztolo torres josé oliver kettledrummer books diabolo ediciones

Je vais lire…
dark eden chris beckett presses de la cité  rois du monde tome 1 même pas mort jean philippe jaworski moutons électriques

Have a nice week !

Je sais que le titre de ce rendez-vous est grammaticalement incorrect. Il aurait été plus juste de dire What’s weekly up ? ou What’s up, weekly ? avec une virgule. Mais je n’aime pas les virgules et je préférais un son [i] final plutôt qu’un [up]. Ce n’est pas une excuse valable mais c’est mon blog, je fais ce que je veux. :p


5 Commentaires

Le Maître des insectes de Stuart PREBBLE

le maitre des insectes stuart prebble denoel
Le Maître des insectes
de Stuart PREBBLE,
traduit par Caroline Bouet
Denoël (Suspense),
2015, p. 350

Première Publication : 2015

Pour l’acheter : Le Maître des insectes

Stuart Prebble est né en 1951. Il a travaillé à la télévision britannique en tant que journaliste et producteur pendant plus de trente-cinq ans. Il dirige maintenant sa propre société de production. Le Maître des insectes est son premier roman traduit en France.

♣ ♣ ♣

Londres, années 1960. Quand Jonathan Maguire émerge d’un mauvais sommeil sur le sol du salon, il a les mains couvertes de sang et le corps de sa femme Harriet gît à ses côtés. Seule lui revient à l’esprit une violente dispute avec cette dernière, qu’il soupçonnait d’infidélité. Jonathan est le tuteur de son grand frère Roger, dont le handicap mental l’empêche d’être autonome et qui consacre tout son temps libre à un étrange et spectaculaire élevage d’insectes.
Anéanti par la mort de sa jeune épouse, Jonathan est néanmoins déterminé à échapper à la police, terrifié à l’idée que s’il était arrêté pour meurtre, Roger serait placé dans une institution. Jonathan a sacrifié trop de choses, y compris son mariage, pour accepter cette éventualité. Lui seul peut protéger Roger, à la fois incapable d’exprimer sa pensée et terriblement lucide quand il s’occupe de ses milliers de créatures grouillantes.

Avec un tel titre, une telle couverture et un tel synopsis, Le Maître des insectes avait tout pour me plaire ou au moins tout pour m’intriguer. J’ai profité du long week end de Pâques pour me plonger totalement dans cette lecture et je ne regrette pas ma découverte.
J’ai certes été un peu surprise du chemin emprunté par la narration mais j’ai été séduite par le traitement des personnages et par la plume. C’est un roman que l’on dévore d’un bout à l’autre, totalement happé par les événements !

La quatrième de couverture nous annonce un meurtre. De ce fait, j’étais persuadée, en parcourant la première ligne, que le texte commencerait sinon à ce moment-là, au moins quelques heures/jours après, au moment du départ de l’enquête. Je pensais presque que je découvrirais l’histoire du point de vue des enquêteurs, un peu comme avec les séries policières que j’affectionne. Et en fait, pas du tout. Mais pas du tout, du tout. Outre le prologue qui semble complètement sorti de nulle part (on ne le comprends qu’à la toute fin de la lecture, mais j’y reviendrai plus tard), le premier chapitre nous fait faire un bond dans le temps, en arrière, puisqu’il nous présente l’enfance du narrateur, le fameux Jonathan dont on nous parle dans le résumé. Ce héros-Monsieur-tout-le-monde, nous raconte sa vie et notamment la relation très particulière qu’il entretient depuis toujours avec Roger, son frère aîné handicapé. Le meurtre que l’on s’attendait à voir dès le début n’apparaît qu’aux environs de la page 200, suite à une présentation très chronologique des faits.
Le choix est surprenant sur le coup mais il est finalement assez logique, particulièrement intéressant et finalement expliqué par le narrateur lui-même dans les dernières pages. Il était plus clair, selon lui, de retracer son histoire dans l’ordre des événements et je lui donne parfaitement raison. Ce choix permet également d’entrer pleinement dans la vie des personnages dès leur plus jeune âge et donc de s’attacher à eux, de comprendre leurs choix et leurs réactions. L’événement horrible qui finit par arriver n’est donc pas perçu de la même façon par le lecteur, ce qui révèle tout l’intérêt de ce choix de narration.

Stuart Prebble nous offre des portraits très précis, très fouillés. Jonathan en premier, évidemment, puisqu’il s’agit du narrateur et que l’on découvre toute l’histoire à travers ses yeux. Le lecteur fait donc connaissance avec lui dès le premier chapitre (et non le prologue) et le voit évoluer au fil des pages (donc des années). Difficile de ne pas comprendre ses agissements et ses sentiments alors que nous sommes dans sa tête pendant 350 pages. Le lecteur s’implique, c’est le moins que l’on puisse dire. L’histoire n’en est que plus intense et on attend le dénouement impatiemment, curieux d’avoir le fin mot de l’histoire.
Roger, le frère aîné, est un mystère pour tous. Atteint d’un handicap mental qui semble le laisser constamment à l’âge de 8 ans, l’adolescent puis l’homme n’en possède pas moins un esprit brillant et bien réfléchi. Derrière le visage imperturbable, les rouages du cerveau s’actionnent, de façon différente, certes, mais tout de même. C’est ainsi que Roger met entièrement au point un insectarium dont il est le dieu ultime. Il installe, nourrit, soigne mais n’hésite pas à éliminer lorsqu’il le faut fourmis, blattes, araignées… tout ce petit monde bien rangé dont il prend un soin maniaque et qui occupe plusieurs heures de son quotidien. Et l’insectarium va finir par se retrouver au centre de toutes les attentions et de tous les développements de l’histoire.
Troisième membre du trio et non des moindres : Harriet, la future victime. Femme adorée, soutien sans faille, amie attentionnée… mais aussi étudiante en musique ayant une vie assez chargée en dehors des deux frères. Très entourée par la gente masculine, notamment d’un certain Brendan qui ne cache ni ses sentiments ni ses intentions envers elle… Voilà de quoi inquiéter Jonathan et assombrir le tableau familial qui semblait jusque là si parfait.

stuart prebblePlus que l’histoire d’un meurtre et donc de l’enquête qui en découle, c’est surtout l’histoire d’histoires d’amour. L’amour passionné qui unit évidemment les deux jeunes mariés Harriet et Jonathan mais aussi et surtout l’amour fraternel très fort qui existe entre Roger et son petit frère. Les deux enfants, adolescents puis hommes sont liés et se serrent les coudes, quelle que soit la situation, quelles que soient les difficultés et les conséquences. Et malgré les années qui passent, rien ne change ; au contraire, les liens se renforcent. C’est émouvant.

Les révélations des dernières pages du journal de Jonathan sont assez attendues… en tout cas, j’avais deviné que l’explication des mystères allait dans ce sens. Malgré tout, ce n’est pas un problème du tout puisqu’il pouvait difficilement en être autrement.
En revanche, lorsqu’on relit le prologue qui nous semblait bien nébuleux au départ, après avoir dévoré le livre ; il prend enfin tout son sens et nous laisse avec un « Bien joué Monsieur Stuart Prebble ! » sur les lèvres.

Passée la surprise de la direction choisie par Stuart Prebble pour mener son intrigue, j’ai savouré cette histoire de drame familial et surtout cette relation fraternelle si touchante. L’auteur nous offre un « témoignage » (qui reste de la fiction) extrêmement bien écrit et particulièrement marquant. Un nom à suivre !

Merci à Célia pour sa confiance renouvelée !

Illustration : Portrait de l’auteur trouvé sur son site !