Bazar de la Littérature


7 Commentaires

[Bilan] Février 2015

En février, j’ai lu…

3 livres complets + 2 morceaux dont :

  • 1 premier tome, 2 suites et 2 one-shot.
  • 5 romans (4 titres imaginaires et 1 contemporain).
  • 1 SP et 4 livres de ma PAL perso.
  • 3 livres sur ma liseuse (je les possède aussi en papier).
  • Aucune « petite » maison d’édition.

 

  • Pas de coup de coeur pour ce mois de février, en même temps, avec si peu de lectures, c’est « normal ».
  • La Bibliothèque des coeurs cabossés et le premier tome de A comme Association m’ont tous les deux fait passer un bon moment, pour des raisons et dans des genres complètement différents. Deux bons crus, à mon avis.
  • L’Ensorceleuse m’ensorcelle toujours, un mois après l’avoir terminé. Je ne sais toujours pas si j’ai aimé ou non… en tout cas, c’est sûr qu’il ne m’a pas laissée indifférente et qu’il a relancé mon envie de lire plus de titres en rapport avec le Petit peuple et l’art préraphaélite !
  • Le 11ème tome de La Communauté du Sud n’est pas mauvais, mais on ne peut pas dire qu’il soit extraordinaire. C’est sympathique de retrouver Sookie dans une nouvelle aventure mais on tourne rapidement en rond… un peu du déjà vu.
  • Le second tome de la duologie Comment se débarrasser d’un vampire amoureux me déçoit pas mal. J’en suis à plus de 70% de lu et j’ai hâte d’arriver au bout. Le premier volet m’avait fait sourire, celui-ci m’ennuie royalement. Vivement le dénouement !

 

Je crois que je n’ai jamais aussi peu lu de toute ma vie de blogueuse (depuis quasi 9 ans donc). L’explication réside dans ma poisse intersidérale. J’ai vécu le pire mois (de février) de ma vie, je pense. J’ai enchaîné les emmerdes et mon moral s’en est largement ressenti. Mon déménagement a pris du retard, j’ai eu de nouveaux ennuis avec le voisinage, je me suis fait une entorse de la cheville qui m’empêche encore de danser (ça fait déjà 3 semaines d’arrêt forcé), j’ai dû gérer plein de trucs (le déménagement et toute la paperasse et les démarches que ça implique, le boulot et les formations, le futur concours que je n’ai toujours pas révisé alors que c’est mercredi, l’hospitalisation momentanée de mon Papa…) et j’en avais juste marre de tout. Je suis quelqu’un d’optimiste à la base, toujours le sourire au boulot même quand ça va pas mais je crois que j’ai jamais autant pleuré que pendant ce mois (même devant certains de mes collègues tellement la coupe était pleine). Bref, ce mois de février est à bannir définitivement de mes souvenirs. Le positif c’est que le mois suivant ne pourra qu’être meilleur ! Et ça commence plutôt bien avec l’emménagement dans mon nouvel appartement dans lequel je me sens hyper bien ! J’espère que ce nouveau départ entraînera un renouveau dans mes lectures et sur le blog ! J’y crois et je suis trèèèèès motivée ! 😀
Peu de livres découverts en février et donc peu de pages au compteur (ils étaient pas bien épais non plus)… ce qui monte le score à environ 1560 pages. J’espère vraiment faire le double en mars, il me faut une cure de lectures (et de sommeil) ! Et des livres avec des images aussi (album, bd, manga) parce que ça fait trop longtemps !

Pas de livres pour le challenge irlandais cette fois encore, mais L’Ensorceleuse qui entre bel et bien dans le challenge XIXe et le 11ème tome de la Communauté du Sud qui s’inscrit dans le Challenge ABC Imaginaire ! Je lis peu mais bien ! 🙂

♣ ♣ ♣

 Petit mois côté acquisitions également puisque « seulement » 8 livres sont entrés dans ma bibliothèque (dont un seul SP, je me félicite !).

♣ ♣ ♣

Quant aux habituels tops, voilà où nous en sommes…

Depuis l’ouverture du blog :
 Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 1542 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 801 vues
 La Voleuse de livres de M. ZUSAK (pas mal !) – 718 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 715 vues
 Pride & Prejudice (VO) de Jane AUSTEN (♥ ♥ ♥) – 557 vues

Le mois passé :
Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 156 vues
 Chroniques lunaires, T. 1 de Marissa MEYER (sympa !) – 85 vues
L’Ensorceleuse de Elizabeth HAND (étonnant !) – 85 vues
Entre chiens et loups, T. 1 de Malorie BLACKMAN (pas mal !) – 78 vues
La Quête d’Amy de Naomi AJAVON (émouvant !) – 75 vues

 

Allez, au moins 2500 pages en mars, on y croit !

 

Publicités


6 Commentaires

L’Ensorceleuse de Elizabeth HAND

l'ensorceleuse elizabeth hand
L’Ensorceleuse
de Elizabeth HAND,
Folio SF,
2007, p. 510

Première Publication : 2004

Pour l’acheter : L’Ensorceleuse

Elizabeth Hand, née le 29 mars 1957 à Yonkers dans l’État de New York, est une romancière américaine de science-fiction et de fantasy. En 1995, son roman L’Éveil de la Lune a obtenu le prix James Tiptree, Jr.. Pour ses nouvelles, elle a obtenu deux prix Nebula et quatre prix World Fantasy.

♣ ♣ ♣

Venu à Londres dans l’espoir de terminer son livre sur le mythe de Tristan et Iseult, le journaliste américain Daniel Rowlands s’est installé chez son ami Nick, une rock star avec laquelle il a fait les quatre cents coups au temps du Swinging London. Lors d’un dîner, Daniel rencontre une ancienne maîtresse de Nick, la mystérieuse Larkin Meade, une femme aux pouvoirs de séduction incroyables qui semble connaître sur le bout des doigts les préraphaélites et le romantisme anglais. Alors que Daniel s’enflamme immédiatement pour cette compagne idéale, Nick le met en garde : le passé de Larkin recèle de lourds secrets…

L’Ensorceleuse, voilà un roman dont je n’avais absolument jamais entendu parler avant de tomber dessus, par hasard, lors d’une visite en librairie. Dès la découverte de l’illustration de couverture et la mention des préraphaélites en quatrième de couverture, j’ai su que ce roman devait absolument entrer dans ma bibliothèque… et je ne regrette pas. Malgré tout, je suis sceptique, déstabilisée, un peu paumée… ai-je aimé ou non cette lecture ?


rossettiCe qui est sûr, c’est que j’ai apprécié le thème qui me parle beaucoup. Elizabeth Hand part sur une idée simple : les muses (ou plutôt LA muse) des préraphaélites (notamment Dante Gabriel Rossetti et Edward Burne-Jones) n’étaient pas humaines mais plutôt issues du petit peuple. Quelle séduisante hypothèse ! Et même… quelle évidence !

Je suis complètement sous le charme et même fascinée par ces femmes peintes souvent baptisées « enchanteresses » (on n’est pas très loin de l’idée d’ensorceleuses) par les spécialistes de l’histoire de l’art anglais du XIXe siècle et je ne comprends pas comment je n’ai pas pu faire le rapprochement avec le monde merveilleux des fées. Pas les petites fées des dessins animés avec des paillettes, non ; plutôt des sortes de nymphes aussi séduisantes que dangereuses, ces créatures mystérieuses du folklore anglo-saxon
Voilà la base d’un roman qui ne pouvait que me convaincre. Et si en plus on y ajoute une excursion dans l’Angleterre du XIXe siècle pendant laquelle on fait la rencontre de la charismatique et très irlandaise Lady « Speranza » Wilde (l’imposante Maman d’Oscar) et pendant laquelle on met les pieds du côté des étranges asiles d’aliénés, voilà un texte qui ne pouvait qu’approcher la perfection… Eh bien, j’ai tout de même des réserves.

(c) Bristol Museum and Art Gallery; Supplied by The Public Catalogue FoundationLe fond est séduisant, je n’en démords pas. Pour moi il y avait tous les bons éléments pour faire de cette histoire un roman captivant et extraordinaire. Malheureusement, malgré les regains de suspense et de curiosité au fil de la lecture, je garde une impression de longueur diffuse et de déception car j’ai le sentiment de ne pas être allée au bout des choses.
Bien sûr, c’est le propre du fantastique (dans sa définition première), de ne faire qu’effleurer le monde réel et donc de nous laisser dans le flou… mais j’aurais tellement aimé que l’aspect merveilleux de cette muse et de son incidence sur les peintres anglais du XIXe siècle soit plus développé que j’en ressors fatalement déçue. L’Ensorceleuse n’a été pour moi qu’une mise en bouche, qu’une proposition de théorie séduisante que je rêve de voir développer dans un roman encore plus intense, encore plus percutant.

pre-raphaelite-art-john-william-waterhouse-flora-and-the-1354220142_bElizabeth Hand nous propose de suivre deux points de vue différents (en gros), à savoir une première intrigue se déroulant à la fin du XIXe siècle en Angleterre à travers les aventures d’un jeune peintre de la mouvance préraphaélite (Radborne) et une deuxième intrigue prenant place à notre époque, elle aussi en Angleterre mais prenant Daniel Rowlands – un journaliste – pour héros. On se doute évidemment que les deux intrigues sont liées, malgré le siècle qui les sépare et on comprend très vite que leur destin va se jouer autour d’une figure féminine mystérieuse baptisée Larkin Meade à la fin du XXe siècle.
Très sincèrement, ce sont les chapitres se déroulant au XIXe siècle, au début dans les ruelles londoniennes puis très vite dans un asile perdu sur les cotes sauvages du Pays de Galles, qui m’ont le plus charmée. Je tournais les pages avidement, pressée de découvrir la véritable identité de la fameuse muse et surtout, son incidence sur le jeune peintre amené là par la convoitise d’un médecin spécialiste des artistes déchus (Learmont). Très vite on se doute que cette magnifique femme aux traits étranges – cf les portraits de Dante Gabriel Rossetti – n’est pas vraiment humaine mais l’auteure ne nous le confirme jamais vraiment. C’est séduisant de rester dans le flou car il est plus évident de croire en un élément fantastique discret et pas vraiment avéré qu’en l’apparition d’une fée Clochette de 10 centimètres de haut avec ses ailes et ses chaussons à pompons.
En même temps, trop rester dans les scènes obscures, à la limite de l’hallucinatoire, c’est un peu lassant. Et je trouve que c’est d’autant plus le cas dans l’intrigue qui se déroule à notre époque et qui m’a, de ce fait, beaucoup moins séduite. Et pourtant, c’est bien dans ce groupe de chapitres que l’on apprend le plus à connaître la fameuse Larkin Meade et c’est en suivant la passion destructrice de Daniel Rowlands, jusqu’au Pays de Galles, qu’on rassemble petit à petit les pièces du puzzle.
Malgré tout, je comprends parfaitement que beaucoup de lecteurs peinent à trouver leurs marques face à cette histoire à l’intrigue générale très obscure. Finalement, on court après des réponses, on est fascinés par la muse qu’on apprend à connaître, on est ensorcelés par cette aventure… mais en même temps, concrètement, il ne se passe pas grand-chose et quelques passages se révèlent longuets.

pre-raphaelite-art-pre-raphaelite-art-23219457-1600-1200Je suis sceptique. Je suis fébrile. D’un côté, j’ai adoré (mais vraiment) le thème, je tournais les pages comme en état de manque, complètement subjuguée par ce qu’Elizabeth Hand me proposait et j’en redemande…
De l’autre, je suis un peu déçue par la forme du texte (je me retourne sur ma lecture et je me rends compte que beaucoup de pages ont été tournées pour au final, pas grand-chose) et je suis un peu déçue par le traitement des idées, parce que j’en aurais voulu plus. J’aurais voulu plus de temps au XIXe siècle auprès de Burne-Jones, Rossetti et la muse (et même auprès de Lady Wilde qui rassemblait le folklore irlandais pour en faire un recueil de contes), j’aurais voulu plus de merveilleux, par petites touches, à Londres ou au milieu de la campagne galloise, j’aurais voulu apprendre à connaître cette femme à la beauté étrange et saisissante pas tout à fait humaine, tellement insaisissable…

Le constat est sans appel, cette lecture m’a retourné l’esprit. Je suis incapable de dire si j’ai aimé ou non. Finalement, pour faire un mauvais jeu de mot, L’Ensorceleuse est une découverte ensorcelante : un livre dont on tourne les pages avec autant d’avidité que de désintérêt. On veut en savoir plus et en même temps, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il ne se passe pas beaucoup de choses, c’est toujours à la juste limite de l’ennuyeux car quand on commence à décrocher, paf, un paragraphe nous replonge complètement dans le mystère et la curiosité est à nouveau piquée.
Il est évident que L’Ensorceleuse n’est pas une lecture facile et que si vous n’avez jamais vu un tableau préraphaélite de votre vie (avec une petite connaissance de l’idéologie cachée derrière), vous passerez très certainement à côté de ce que le livre peut apporter. Je ne crois pas qu’un parfait novice en matière de peinture anglaise du XIXe siècle (ou même d’atmosphère liée à cette période particulière) appréciera cette histoire obscure… mais pourquoi pas !

ophelia waterhouse

En à peine deux ou trois mois, c’est la troisième fois que je suis propulsée au Pays de Galles (Morwenna et ses fées dans les mines abandonnées, le film Pride et ses mineurs en grève au milieu de nulle part et maintenant L’Ensorceleuse) alors que je n’y avais jamais – mais vraiment jamais ! – mis les pieds avant (métaphoriquement évidemment)… de là à me faire comprendre qu’il faudrait peut-être que j’aille faire un tour du côté des mines galloises abandonnées, il n’y a qu’un pas ! Quelqu’un pour m’accompagner en août 2015 ?

 

Illustrations : (1) Portrait de femme par Dante Gabriel Rossetti – (2) La Belle Dame sans merci de Franck Diksee – (3, 4 et 5) Détails et tableaux de John William Waterhouse. Ces deux derniers peintres appartiennent à un mouvement plus tardif (toute fin du XIXe) et ne font pas officiellement partie de la confrérie préraphaélite mais font partie de ceux que le grand public connaissent le plus !

 


8 Commentaires

[Bilan] Janvier 2015

En janvier, j’ai lu…

5 livres complets + 2 morceaux dont :

  • 2 premiers tomes, 1 suite et 4 one-shot.
  • 5 romans (3 titres imaginaire, 1 historique et 1 contemporain) et 2 livres graphiques (1 bd, 1 album pour enfants).
  • 4 SP et 3 livres de ma PAL perso.
  • 2 lectures communes.
  • 1 livre en vo.
  • 3 livres sur ma liseuse (je les possède aussi en papier).
  • 3 « petites » maisons.

 

  • Mon coup de coeur de janvier l’était déjà en décembre (je n’en avais lu qu’un tiers), il s’agit évidemment du troisième tome de Harry Potter en vo. Je fais la redécouverte progressive de la saga dans sa langue d’origine, et c’est troooop bien !
  • Grosse surprise très positive pour le premier tome des Chroniques lunaires de Marissa Meyer, j’imaginais -bêtement – une énième saga YA un peu niaise, pas très poussée… et finalement, c’est vraiment pas mal trouvé !
  • La Quête d’Amy, Les Nuits rouges du théâtre d’épouvante et Le Papillon à roulettes ont tous les trois su m’émouvoir, me surprendre, m’intriguer… des textes originaux et intéressants !
  • Finalement, la petite déception du mois revient au premier tome de Outlander dont j’attendais certainement beaucoup trop et qui n’a pas su me convaincre… en revanche, la série m’accroche beaucoup beaucoup beaucoup plus !
  • Je n’ai lu que les 200 premières pages de L’Ensorceleuse, et je n’arrive pas du tout à donner mes impressions. Je suis intriguée, c’est le moins qu’on puisse dire ! Je suis tour à tour enchantée (je souris comme une idiote) en lisant toutes les références à la confrérie des Préraphaélites, en rencontrant la maman de Monsieur Wilde, en piétinant les ruelles mystérieuses du Londres de la fin du XIXe avec les expériences un peu étranges sur les personnes « folles »… toute une atmosphère, un décor qui me parle énormément. En même temps, après 200 pages, j’ai pas l’impression qu’il se soit passé grand chose et je vois pas trop où l’auteure veut aller… mais je meurs d’envie de tourner les pages ! Bizarre bizarre cette lecture, mais avec un tel thème, je pouvais m’en douter !

Si j’avais explosé mon score en décembre dernier, l’année 2015 commence beaucoup moins brillamment… Peu de temps à consacrer aux lectures, le moral dans les chaussettes, la concentration partie en vacances… bref, c’était pas trop ça. Je pense que février suivra malheureusement le même chemin puisqu’il sera bien occupé par un concours (dans 5 jours, j’ai pas révisé… normal !), par mon futur déménagement (d’ici le 15, je croise les doigts !) et par toutes les démarches qui vont avec (moi qui déteste le téléphone, j’ai jamais autant téléphoné que cette dernière année… -_- ) et enfin par un stage de danse à la toute fin du mois. Je ne m’ennuie pas (j’aimerais bien !) mais j’ai vraiment très très très hâte que ce déménagement (et l’enfer de ces 8 derniers mois) soit derrière moi. Je rêve d’une soirée sans boules quies, d’un week end cocooning sans percevoir la vie des voisins (et donc sans avoir l’esprit constamment happé par leurs nuisances sonores)… je rêve de retrouver la paix et le calme d’un vrai foyer. Normalement, d’ici trois semaines grand max’, je serai libérée et j’espère que les habitudes livresques reviendront en même temps que ma tranquillité !
En même temps, j’ai pas non plus choisi des livres « faciles » à lire pour engranger un maximum de pages puisque j’ai quand même commencé le mois avec un livre en vo (forcément, je lis moins vite en anglais) et j’ai ensuite enchaîné avec le pavé qu’est Outlander… forcément, je pense que ces deux seules lectures m’ont amenée jusqu’au 18/19 du mois ! Il ne restait plus beaucoup de temps pour le reste. En même temps, j’ai savouré mes rares lectures et c’est bien le principal… ce qui m’amène à 2113 pages lues (dont moins de 200 avec des images) ! Pas si mal finalement. 🙂

Seuls Outlander entre dans le challenge ABC Imaginaire 2015 et L’Ensorceleuse dans le challenge XIXe. Je peux faire mieux !

♣ ♣ ♣

BILAN ACQUISITIONS JANVIER 2015

Et contrairement au mois dernier pendant lequel j’avais été plus que raisonnable, je commence bien mal 2015 avec beaucoup trop d’achats et services presse !

Et je me suis fait plaisir côté dvd…

BILAN ACQUISITIONS DVD JANVIER 2015

♣ ♣ ♣

Et voilà les deux tops habituels, le premier correspond aux chroniques les plus vues/lues depuis la création du blog et le second à celles les plus vues/lues le mois dernier !

Depuis l’ouverture du blog :
 Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 1389 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 758 vues
 La Voleuse de livres de M. ZUSAK (pas mal !) – 684 vues
 Le Journal de Bridget Jones, T. 2 de Helen FIELDING (beurk !) – 671 vues
 Pride & Prejudice (VO) de Jane AUSTEN (♥ ♥ ♥) – 544 vues

Le mois passé :
Le Manoir, T. 1 de Evelyne BRISOU-PELLEN () – 167 vues
La Dame pâle de Alexandre DUMAS (pas mal !) – 162 vues
Victorian Fantasy, T. 1 de Georgia CALDERA (pas mal !) – 120 vues
Outlander, T. 1 de Diana GABALDON (déçue !) – 119 vues
No et moi de Delphine de VIGAN (bien !) – 74 vues

♣ ♣ ♣

Et j’en profite pour remettre les deux vidéos postées courant janvier, parce que, sans passer inaperçues, elles n’ont quand même pas attiré les foules (comparées à d’autres).


Allez, on repart sur 2000 pages en février, mais pas sûre d’y arriver !


12 Commentaires

What’s up weekly ? 2015 – 1 (du 01/01 au 11/01/15)

Bonsoir à tous !

Premier numéro de l’année, ce « What’s up weekly ? » sera riche en nouveautés. Je n’ai pas pris la résolution d’acheter moins de livres, heureusement, sinon je l’aurais déjà complètement ratée !

Je ne reviendrai pas sur les événements qui ont tristement secoué notre pays ces derniers jours. Beaucoup de personnes en parlent bien mieux que moi, je préfère suivre les choses à ma façon, c’est-à-dire discrètement. Ce qui ne veut pas dire que ça ne me touche pas, bien au contraire mais je vis les choses avec retenue, de façon général.

A part ce qui touche à mon appartement puisque depuis mon retour samedi dernier, après 12 jours de vacances à la campagne, je n’ai pas dû faire une seule bonne nuit d’au moins 8 heures de sommeil. Ce matin, la musique métal à fond a eu raison de moi, c’était la goutte d’eau en trop. Après des litres de sanglots incontrôlables, je me suis reprise en main tant bien que mal et j’ai envoyé des messages pour des visites d’appartement. Un particulier m’a répondu quelques dizaines de minutes plus tard, la visite s’est déroulée en début d’après-midi ; j’ai eu envie de signer tout de suite. J’ai donc le week end pour rassembler les pièces pour monter le dossier car apparemment, il pourrait passer… mais nous sommes malheureusement plusieurs sur le coup. Je vous invite donc à croiser les doigts, à brûler des cierges ou à danser nu sous la lune autour d’un feu… bref, à m’envoyer plein de bonnes ondes pour que cet appartement quasi idéal (en tout cas il semble fait pour moi), ne me passe pas sous le nez. Dans tous les cas, c’est définitivement décidé, je déménage dès que possible. J’écarte définitivement l’idée des travaux d’insonorisation qui seront très certainement insuffisants, en plus d’épuiser mon pauvre Papa qui n’a rien demandé. Alors c’est reparti pour les visites, les dossiers et tout le reste… en espérant que cette première visite soit la bonne ! Je vous tiens évidemment au courant.

Sinon, côté visionnage, je suis la diffusion française de la deuxième saison d’Elementary que je trouve divertissante, j’ai terminé la mini-série Emma approved sur Youtube (qui m’a quand même moins enthousiasmée que celle dédiée à Orgueil et préjugés), je regarde les rediffusions de Malcolm sur 6Ter et je zappe pas mal sur plein de conneries à la télé… Côté « livres » (parce que c’est quand même ce qui intéresse sans doute le plus), il y a eu quelques entrées… et des très intéressantes d’ailleurs ! Culturellement, c’est pas trop mal, mais c’est pas non plus la grande forme !

♣ ♣ ♣

 

Les oeuvres de la semaine :

Pas de vidéo particulière à vous montrer cette fois (je me suis consolée avec les habituels T-Rex, Dire Straits et Singin in the rain) mais deux découvertes faites au boulot. Nous équipons toutes sortes de livres avant de les mettre en rayon, c’est l’occasion de les feuilleter (faut bien se faire plaisir) et j’aime bien quand j’ai l’occasion de regarder les livres d’art… d’ailleurs j’ai toujours envie de TOUS les emprunter ! Voilà donc deux les trouvailles de la semaine : cette peinture de Elisabeth Vigée-Lebrun datée de 1790-91 représentant Lady Hamilton en bacchante et ce portrait de Paul-César Helleu. Je suis particulièrement touchée par leur travail sur les expressions des visages et les chevelures. J’adore !

Vigee-Lebrun-Lady-Hamilton-as-Bacchante   painting1.jpg paul césar helleu

♣ ♣ ♣

Les acquisitions de la semaine :

what's up weekly 2015 1 teasing livres

Voilà l’ampleur des dégâts… Et nous ne sommes que le 10 !

what's up weekly 2015 1 cadeaux livres marque-pages cartes

Voilà plein de cadeaux de la part de personnes chères à mon coeur. Merci !!!

♣ Une enveloppe surprise de la part d’Aurélia et donc du groupe Bragelonne.
♣ Une trop belle carte du nouvel an de la part de Marie Jolie que je remercie infiniment !
♣ 6 beaux marque-pages de Jérusalem offerts par une personne âgée que côtoie ma Maman.
♣ Le deuxième tome des Nécrophiles anonymes de Cécile DUQUENNE + le premier tome du Livre de Saskia de Marie PAVLENKO + un marque-page + une jolie carte de la part de super Tsuki qui ne m’oublie jamais ! 

Merci, merci, merci !

what's up weekly 2015 1 livres achetés temps livre la bourse

Jeudi, Révérence et moi sommes allées faire un tour en ville, chez les bouquinistes, avant d’aller manger une cocotte chez Lucien ! Et voilà ce que j’ai ramené…

♣ Le Clan des Otori, T. 2 et 3 de Lian HEARN. J’ai le premier dans ma bibliothèque depuis des années… pas encore lu mais maintenant que j’ai la trilogie complète, je n’ai plus aucune excuse !
♣ La Passion Lippi de Sophie CHAUVEAU. Conseillé par mon amie Marie il y a déjà de nombreuses années, je n’avais jamais réussi à en trouver un d’occasion… voilà qui est fait !
♣ Roi du matin, reine du jour de Ian MCDONALD. Déjà lu grâce au prêt d’un collègue, j’avais envie de l’avoir dans ma bibliothèque. En poche, mais dans la bibliothèque quand même.
♣ L’Ensorceleuse de Elizabeth HAND. Alors là, c’est la grosse surprise de ce petit tour. Je ne connais absolument pas ce titre, ni même l’auteure… mais le livre m’a attirée, j’ai lu la quatrième de couverture et j’ai su qu’il était pour moi ! Je le lis dès que j’ai terminé mon livre en cours ! Voilà le résumé, juste pour vous donner un aperçu. Paraît que ça parle du petit Peuple, en plus. Comme si y avait besoin d’avoir un plus avec ce qu’il y a déjà dans le résumé !

Venu à Londres dans l’espoir de terminer son livre sur le mythe de Tristan et Iseult, le journaliste américain Daniel Rowlands s’est installé chez son ami Nick, une rock star avec laquelle il a fait les quatre cents coups au temps du Swinging London. Lors d’un dîner, Daniel rencontre une ancienne maîtresse de Nick, la mystérieuse Larkin Meade, une femme aux pouvoirs de séduction incroyables qui semble connaître sur le bout des doigts les préraphaélites et le romantisme anglais. Alors que Daniel s’enflamme immédiatement pour cette compagne idéale, Nick le met en garde : le passé de Larkin recèle de lourds secrets…
Thriller gothique et sensuel, L’ensorceleuse croise sur plusieurs décennies les destins d’artistes maudits et de leur muse. À travers des personnages imaginaires ou des figures connues comme le peintre Rossetti et le poète Swinburne, Elizabeth Hand reprend à son compte le thème fascinant de l’amour et du désir éternel pour mieux questionner les affres de la création.

what's up weekly 2015 1 bd magazines art

♣ Les Nuits rouges du théâtre d’épouvante de Alexandre KHA. Reçu grâce à la dernière Masse Critique de Babelio, je me suis en plus rendue compte que les éditions Tanibis étaient implantées à Villeurbanne ! Pas besoin d’aller chercher loin !
♣ Carnet d’art, n° 3 et 4. Gratuitement déposés à la bibliothèque, ces magazines sont hyper bien fichus. D’après un thème, on y parle d’art évidemment, mais sous toutes ses formes : peinture, théâtre, cinéma, littérature… Si ça vous intéresse, je vous conseille d’aller jeter un oeil ici !

♣ ♣ ♣

Les articles de la semaine :

 Un deuxième tome légèrement en deçà, mais qui appelle la suite !
les étoiles de noss head tome 2 rivalités sophie jomain rebelle

 Une histoire poignante…
no et moi delphine de vigan livre de poche

 Court mais bon !
trois souris agatha christie le livre de poche

 Le bilan du mois de décembre…
BILAN LECTURES DECEMBRE 2014

 Le bilan 2014 à travers quelques mots… et à travers les lectures !
BILAN LECTURES 2014 IMAGINAIRE 1

♣ ♣ ♣

Les lectures de la semaine :

 J’ai fini de lire…
harry potter and the prisoner of azkaban bloomsbury j k rowling

 Je lis…
outlander tome 1 le chardon et le tartan diana gabaldon j'ai lu

 Je vais lire…
l'ensorceleuse elizabeth hand   la quête d'amy naomi ajavon éditions rémanence

A la semaine prochaine, si j’ai des choses à vous raconter !